CRACK BOURSIER, CCRACKrise…etc

Avant Propos

Les récents  évènements (Et qui continuent à ce jour 27/08/2011) m'ont donné l'envie d'écrire ce petit article peu habituel, et ce ne sera donc plus de la technique seule, mais seulement un peu de philosophie et ma vision de ces différents problèmes qui polluent la totalité du monde.

Contrairement à l'habitude aussi, c'est un article à la mode outre-Atlantique, c'est-à-dire pas de structure formelle, mais seulement de nombreux exemples ou questions et réponses ciblées qui encadrent le sujet….
Il y a peut-être des erreurs de théorie pure ou de jugement mais c'est ma façon de voir !. 
Cette manière de voir les choses est pourtant à la base des  fondements des échanges et je pense qu'elle illustre combien le monde désordonné dans lequel nous vivons s'est écarté des fondements.
Contrairement aux autres articles il n'y aura pratiquement aucune illustration, car il est difficile de concrétiser en  photos des idées. (Je ne suis pas metteur en scène). Alors il faudra lire jusqu'au bout…!

(L'image de tête d'article n'est pas allé jusqu'à la provocation ! car l'argent véritable représente aussi du travail ! N'est ce pas Serge ?)

Si vous arrivez directement sur cette page par un moteur de recherche, vous pouvez avoir accès à la table des matières et à chaque article, en page d'accueil.    L'accès se fait par l'un des deux liens en tête de colonne de droite ----->



1 Quelques éléments de réflexion

Le commerce c'est quoi ?
Vous habitez en bord de mer et vous savez extraire le sel, moi j'ai des terres et je sais cultiver le blé... On peut s'échanger nos produits ? Oui mais selon quelles règles ?
C'est là toute la grande question : que vaut 1 Kg de sel par rapport à 1 Kg de blé ? La réponse est pourtant simple et doit être ramenée à une moyenne annuelle des heures pour obtenir 1Kg de chaque produit. Ainsi dans cette approche chacun trouve ce qui l'intéresse pour un prix JUSTE et équilibré représentant un véritable travail.

  • Je ne l'ai pas dit mais vous avez compris de fait que vous n'avez pas nécessairement toutes les ressources sur place. (Du blé, mais pas de sel par exemple) De plus chaque élément donné par la terre nécessite un certain savoir faire (Un cultivateur n'est pas un mineur ou un programmeur).
  • L'année correspond au cycle naturel et est toujours prise en référence car on récolte en principe une seule fois par année ou suivant les cycles saisonniers. D'autres activités sont par opposition permamentes.

Ces moyennes annuelles d'heures peuvent être modifiées par le contexte de travail… Ainsi si une moissonneuse batteuse effectue le travail plus rapidement que de mettre comme en 1900 le blé en bottes et de le ramasser, les équilibres seront donc modifiés. On voit tout de suite les influences qui peuvent affecter cet équilibre. Il va falloir cependant trouver quelque artifice pour payer la moissonneuse
J'ajoute que comme le marchand de sel considère que son travail est mal payé et qu'il veut gagner plus (que la normale), il exige plus de blé pour son sel en prétendant que son travail est plus dur…
Alors ça y est c'est le début de la bataille commerciale !

Vous êtes maintenant un loup…
Votre survie dépend de votre habileté à chasser avec la meute. Si vous êtes le dominant, vous vous servirez le premier sur l'animal chassé ! Tiens chez les hommes il y a aussi des chefs ou des meneurs, voire des responsables pour ne pas dire des dominants qui se servent en premier, sur une proie encore chaude.
Ça me fait étrangement penser aux spéculateurs de la bourse qui dépouillent les plus faibles pour s'enrichir…Serions nous comme les loups ?

Le travail et la richesse
Le travail de l'homme ou de ses usines, ce qui revient presque au même, produit des biens divers. Ces biens peuvent être de la nourriture ou des produits de confort et divers. On peut dire de façon réelle et très juste que le travail produit des biens et génère de la richesse.

Que doit-on penser de la réduction du temps de travail ? C'est un leurre absolu et la vision de personnes qui n'ont jamais rien compris aux affaires économiques. Je pense aux mêmes personnes que vous et j'ai subi cette "connerie" bien malgré moi.

En effet comment produire des biens et de la richesse en travaillant moins ? J'ai beau être un peu attardé cela est une équation non résolvable. Alors, lorsque nous sommes passés aux 35 heures qui ont foutu un "bordel" pas possible au sein de la fonction publique avec des gens qui n'en ont jamais assez, alors là j'ai compris beaucoup de choses !
On peut effectivement travailler 35 heures mais nous nous affaiblissons et nous ne rapportons plus la véritable compensation équivalente de notre travail. C'est une fuite en avant !
De plus il y a eu un effet pervers dont personne n'ose parler qui est l'encouragement à la paresse et à l'attente que le "repas" arrive tout cuit dans l'assiette. (Où sont donc les alouettes ?)

Vous allez crier au scandale sur ces propos, je le sais, mais c'est pourtant la réalité, car on le mesure bien aujourd'hui, avec les différentes notations de ces organismes qui font tourner les marchés au meilleur comme au pire ! Ces organismes ne sont pas des petits saints mais ils ont tout de même une seule chose de bonne c'est une vision exacte de la réalité (Et de leur propre intérêt !).
Regardez l'Allemagne qui a eu la sagesse de garder une industrie puissante et qui peut se permettre de ne pas tout acheter chez les Pékinois. Ils travaillent un peu plus que nous et ne pleurent pas toutes les 5 minutes.

Certaines activités, qui ne produisent aucune richesses tangibles sont pourtant un travail réel. On peut citer les banques qui gèrent seulement des comptes, et qui réalisent de copieux bénéfices. On peut aussi citer les grands patrons qui touchent de substantiels salaires et avantages.

Dans l'absolu, ces salaires devraient correspondre à un travail de forçat, mais même si ces patrons ont une grande intelligence et qu'ils sont fortement diplômés en général, ils ne restent que des hommes ayant peut-être plus d'intelligence que la moyenne (?), mais ils n'abattent jamais la proportion de travail correspondante.
Pour les décideurs qu'ils sont, on peut même dire qu'ils commettent d'aussi grandes bévues que leurs semblables, alors pour la compétence extraordinaire je demande à voir !
Je ne parle pas d'intelligence, car ce sont souvent des personnes d'exception, issues de grandes écoles et très pointues, d'un QI élevé, mais dont le mental peut être affecté comme chacun de nous, par le quotidien.

Ce point est extrêmement important, et quoi qu'en disent les responsables et politiques, la disproportion de rétribution est inacceptable, car les ratios ne devraient pas aller au-delà d'un facteur 10, 15 voire 20 et c'est déjà beaucoup, car je ne connais pas de personnes capables d'abattre, dans n'importe quel domaine, le travail de 10 à 20 personnes !

La rétribution ou l'échange réel de services ou produits
L'échange de produits ou de services se réalise le plus souvent par le biais de l'argent et des différentes conversions de monnaies.
Là aussi le problème des équivalences de monnaies est un problème de fond, car il est difficile d'établir cette correspondance. Les différents pays ont des niveaux industriels ou de compétences très variés, et les taux d'échanges sont alors délicats à établir, car ils doivent être à peu près identiques pour tous pour des quantités similaires
(Mais sur le fond c'est tout de même un anachronisme de base, car le blé des US revient moins cher que le blé du petit paysan Français,...mais il y a les investissements !).
Je pense aussi à l'Europe qui se décline seulement à quelques pays de niveau à peu près équivalent.

Par ailleurs il est évident que chaque pays devra avoir sa spécificité pour ne pas tomber dans une concurrence effrénée avec d'autres pays. (Mondialisation !) 
Ainsi la France pourrait vendre ses grands crus de Bordeaux en exclusivité (Je n'ai pas d'actions vers cette région), mais les petits chinois qui n'en ont "rien à foutre" copient les étiquettes remplissent les bouteilles avec de la "piquette" et revendent le "mauvais graal" estampillé "France" (Qui peut éventuellement revenir chez nous. Un comble !)
Mais cela c'est de l'arnaque et du VOL. C'est de l'argent sale qui a floué le producteur et le pays d'origine, de revenus, taxes et impôts)

On touche du doigt l'aspect moral des échanges, mais revenons à la rétribution…
Depuis tous temps les monnaies ont été utilisées, représentées par des objets rares ou difficiles à reproduire comme le métal, ou des objets de grande valeur comme des coquillages travaillés ou des plumes, voire du sel, si rare au moyen âge.
Cette façon de faire, évite de livrer réellement les tonnes de blé en échange de kilos de sel par exemple en une seule fois. C'est la première virtualité qui a existé, bien avant les ordinateurs ! La deuxième virtualité a été le billet de banque en papier, et la troisième est un simple compte de chiffres dans la mémoire d'un ordinateur.

La monnaie est aussi une façon pratique d'avoir accès à des quantités très diverses sur la base de valeurs générales.
Attention cependant aux quantités qui peuvent parfois poser des problèmes. Ainsi acheter 50 éléments peut coûter moins cher à l'unité que d'en acheter 2. Les commerçants ne s'y sont pas trompés, puisque les remises par quantités illustrent (théoriquement) cet aspect.

Cette réalité a cependant été tournée en dérision inverse par les grandes surfaces qui en profitent (parfois trop souvent) pour réaliser encore un peu plus de bénéfices et "rouler" ainsi ceux qui croient à l'honnêteté ou qui ne font pas attention. (Il y a longtemps que je n'y crois plus !)
Les grandes quantités et des prix plus bas annoncés sont également une façon détournée d'inciter à la consommation et à la vente.

Bénéfices, investissements et service public
Cet aspect nécessiterait un livre complet tant il est délicat et complexe dans le fond, mais je vais le décrire simplement, à ma manière, en essayant d'être loyal avec les uns et les autres, mais c'est très difficile de rester impassible face à des choses parfois criantes de bêtise.

En France, et je pense dans pas mal de pays Européens, le rôle des États est de veiller au bien-être et à la sécurité des populations, mais ils ne peuvent pas se proclamer "Entreprise". Les États sont censés ne pas faire de bénéfices… (Voir Tunisie, Libye, Syrie et autres…)
Mais au fait c'est quoi un bénéfice ?
Selon ma vision étriquée du sujet, un bénéfice représente la part de travail qui revient à la personne ayant donné une valeur complémentaire (C'est la valeur ajoutée, à rapprocher de la fameuse TVA !) à un produit.
Pour rester très proche des choses simples… Le pain c'est principalement du blé, que le boulanger achète (déjà moulu) et il en fabrique du pain !
Cette fabrication lui coûte le blé acheté, le levain, l'eau, le bois pour chauffer le four...etc,  et il doit pouvoir vivre de son travail et du savoir faire, ce sera donc son bénéfice. Bref, le pain est revendu en payant tous les à-côtés initiaux (farine, bois…) plus le salaire du boulanger appelé bénéfice. (dans les très grandes lignes...!)
Dans la bonne logique des éléments, ce bénéfice doit représenter le travail du boulanger (Il a pétri le pain "à la sueur de son front" pour garder en mémoire les images du passé…) C'est la valeur ajoutée au produit de base qui est le blé ou la farine.
Ainsi le bénéfice devrait représenter la part de la valeur ajoutée. Ce bénéfice doit donc être en rapport avec l'acte réalisé, c'est-à-dire le travail, la difficulté et/ou le savoir faire.

Mais c'est quand même un peu trop simplifié, car pour l'exemple, hier, le moteur du pétrin a grillé et le boulanger a dû racheter un nouveau pétrin. (Vu autrement et dans un autre domaine moins technique, le paysan a perdu son vieux cheval qui faisait une part du travail de labourage…)
Ces achats spécifiques concourent pourtant à l'élaboration d'un produit final et devront pourtant être payés et financés par le boulanger ou le paysan.
Dans son bénéfice brut, il devra ajouter une part non négligeable pour l'entretien ou l'achat de nouveaux matériels destinés à accomplir sa tâche.
Il s'agit là d'un INVESTISSEMENT ! Ce pétrin participe directement au coût de production de la baguette !!!

Cela c'est ma vision personnelle simplifiée, et je pense qu'elle n'est pas très éloignée du bon sens, ni de la théorie !

Cette vision s'applique totalement aux entreprises, mais aussi aux services publics, mais de façon différente.
Dans les services publics, on réalise aussi des bénéfices… Mais ceux-ci ne vont pas dans la poche des élus (Normalement) et portent le plus souvent le nom d'excédents. Ces excédents se répartissent entre les frais de fonctionnements (Salaires, etc...) et les investissements (pétrin, moissonneuse etc...).

Les États (Et les "politiques") ont aussi la fâcheuse tendance à être des commerçants et à fournir aux administrés des équipements qui ne profitent qu'à une minorité ou dont l'utilité est parfaitement discutable… (La place du village est l'exemple type !)
Les États ont aussi la mauvaise habitude de gaspiller...Ils investissent largement dans le neuf mais entretiennent très peu. C'est certainement une grande direction pour réaliser des économies, mais je n'ai pas entendu notre premier ministre en parler.

J'aurais aimé par exemple, que les instances publiques abandonnent les investissements lourds et reprennent seulement une moitié du budget investissement pour l'entretien de l'existant.

Entretenir dans la fonction publique est souvent synonyme de "fonctionnement" et non d'investissement. Je ne partage pas du tout cette vision, car un bon entretien des équipements retarde largement la nécessité de nouveaux investissements, et à ce titre le maintien d'un existant est aussi un "INVESTISSEMENT".

Regardez voilà maintenant les escortes de personnalités ou de convois traditionnellement réalisées par la gendarmerie ou la police qui vont pouvoir être confiées à des sociétés privées...Encore un pan du fonctionnement qui va coûter plus cher aux contribuables. (Voir ci-après les notions d'entreprises publiques et privées).

Aujourd'hui on constate une augmentation significative des frais de fonctionnement par l'augmentation insensée des personnels des collectivités territoriales et des équipements.
Aucun entretien pour pérenniser l'existant n'est sérieusement réalisé. On crée toujours plus et on abandonne sans entretenir, mais cela s'appelle du gâchis !

La part d'investissements utiles se réduit d'autant, mais les contribuables rouspètent (Le plus souvent pour trois fois rien) alors que faire ? Emprunter ! ("Il faut absolument que les citoyens soient satisfaits de mon mandat, sinon ils ne voteront pas pour moi ! Eh oui, c'est aussi primaire que cela !")

Emprunter est le mot magique qui permet de vivre au dessus de ses moyens ! Mais cela reste possible si il y a suffisamment de recul (Prévisions démographiques favorables) et que la charge financière ne soit pas trop lourde.
Un élément aide largement à rembourser ces emprunts. C'est la croissance que l'on verra dans quelques lignes, mais elle n'est pas toujours au rendez-vous et peut largement fluctuer.

Pour les entreprises au contraire, les bénéfices passent dans la poche des actionnaires ou des patrons pour les PME. C'est le but d'une entreprise ! Ce but est-il louable ? Sur le fond même, je dirais que non, car le bénéfice est le plus souvent une part anormalement élevée qui participe à l'appauvrissement d'une entreprise.

C'est pourquoi confier au privé des pans entiers de missions tenues par l'Etat va concourir à appauvrir un peu plus le pays (Pas tout à fait car c'est vous et moi qui allons financer, et notre niveau de vie/pouvoir d'achat va ainsi baisser). Les bénéfices réalisés ne seront plus alors réinvestis dans des biens publics, mais iront dans la poche des patrons d'entreprises ou des actionnaires...Eh oui !

Pourtant ce système peut être parmi les meilleurs si les prélèvements sont raisonnés, que les besoins (marchés) sont présents et que l'on n'oublie pas les investissements qui pérennisent l'entreprise.

Une société ou entreprise qui ne réalise aucun investissement va immanquablement à sa perte, car elle sera concurrencée à terme par les prix de revient plus bas des concurrents et n'aura donc plus aucun marché. Elle mourra !

La Croissance
C'est un mot magique qui sous entend divers éléments, mais qu'en est-il réellement ?
La population qui augmente est un élément moteur de la croissance : Il y a plus de consommation donc plus d'achats et une demande plus importante de biens.

Parallèlement, la croissance peut être engendrée par l'augmentation du niveau de vie. Les habitants s'équipent alors de plus en plus de biens de confort et de luxe, ce qui crée aussi un appel de consommation.

La croissance peut aussi être le reflet de la confiance d'une population en l'avenir, et c'est aussi un peu de cela qu'il s'agit aujourd'hui... (Crainte du lendemain, insécurité, etc...)

Mais tout cela est bien beau, et il faut regarder les BESOINS RÉELS des populations et ne pas les exagérer, car le remède pourrait être pire que le mal. En tout état de cause, la croissance ne devrait pas être supérieure à la pente démographique ou à l'augmentation "raisonnable" de confort, faute de quoi on tombe dans une inflation toujours néfaste, car on dépense alors plus que ce que l'on gagne.
On vit alors au dessus de ses moyens, bref nous possédons des équipements que l'on n'a pas encore payés !
Il est tout de même possible d'aller dans cette voie, dans la mesure où la population augmente, ou si le besoin de richesses reste "raisonnable".

Mais dans le plus pur esprit cartésien, il faudra tout de même admettre un jour que la croissance ne pourra pas être éternelle, car la population de la terre ne pourra pas toujours croître, car les ressources sont limitées.
Il n'y a qu'à regarder le désastre écologique Chinois qui "oublie" sans vergogne une pollution non maîtrisée, et qui en a parfaitement conscience (C'est un comble !) et qui achète des terres cultivables à l'étranger pour remédier aux problème démographiques, de l'exode et de la desertification des campagnes.

LA CROISSANCE SERA NÉCESSAIREMENT LIMITÉE TÔT ou TARD.

Il faut également aborder un autre aspect, ainsi pour une croissance limitée, et en supposant une population presque stable, ce seront les ressources en général, qui viendront à manquer. Qui dit ressources dit alimentation et confort des populations.

Prédiction ou réalité ? Réalité seulement, car nous ne pourrons plus sans discontinuer produire et jeter. (Sans parler de l'aspect écologique)
En effet certaines populations souffrent de la faim alors que d'autres sont largement pourvues et que les mafias s'enrichissent de façon toujours plus importante.
On rejoint alors le problème de la valeur ajoutée inexistante de beaucoup de "produits".

Doit-on réduire notre train de vie ? Les limites ?
Ma réponse est OUI sans ambiguïté. Nous ne pourrons plus continuer d'acheter à crédit des biens superflus ou inutiles le plus souvent.
La règle d'or est de n'acheter que ce que l'on peut se payer, mais j'ajouterai seulement que le premier des biens que tout un chacun devrait pouvoir se procurer est de MANGER et d'avoir un TOIT. C'est donc uniquement sur ce dernier point que je considère que d'acheter à crédit est une vraie nécessité.
En effet ce n'est pas quand vous aurez 40 ou 50 ans qu'il faut se loger, c'est au début de la vie, alors je considère qu'il est normal d'emprunter pour ce seul cas. 

Par opposition manger à crédit n'est pas acceptable, car ce point est une simple question de vie ou de mort.

Pour le reste il faut seulement vivre avec ses moyens. Si l'on peut se payer une entrée au cinéma de temps à autre, c'est bien, mais dans le cas contraire, il faudra y renoncer.
Renoncer aussi aux moyens illicites. Voyez nos voisins "Grands Bretons" qui sont confrontés à la violence (Après nous d'ailleurs).
L'envie de justice (Je dirais plus volontiers l'envie relative à la richesse  des autres et le désir d'équité) des défavorisés est puissante, et malheureusement elle n'est plus contenue ni contenable.

Le fossé entre les nantis et les défavorisés se creuse tous les jours d'avantage et ce phénomène est une mise en garde. Les jeunes nous le font savoir par leurs pieds de nez qui prennent des formes très différentes, allant des "simples" tags, aux casseurs, aux canettes qui traînent partout et aux exhibitions motorisées délirantes, à la "défonce", l'alcool et la drogue.
Ils vivent la nuit pour se détacher du monde des nantis qu'ils méprisent. Mais attention on peut être en opposition, mais il faut aussi avoir une véritable envie de travailler et non comme beaucoup disent de "pas trop se fatiguer et gagner beaucoup d'argent".
La "débrouille" dont tout un chacun fait maintenant sa règle n'est pas un système cohérent, car il induit cet état d'esprit de ne pas se fatiguer au travail, et conduit à une coupable paresse voire aux trafics en tous genres.

(Cependant l'obéissance et le respect des autres sont totalement absents au niveau des jeunes, et la fin du service militaire a été un élément décisif majeur, tout autant qu'une télévision d'État totalement débile qui ne peut montrer comme seule loi que les séries télé US, (Experts Miami...etc),  la violence, la paresse et l'argent facile du crédit.)

Cette délinquance est aussi issue du désintérêt des parents et du travail des mamans, car ceux ci pensent que seul l'argent assure le bonheur. J'ai ramené ce jour 25/08/2011 des photos éloquentes de gâchis qui montrent combien tout le monde s'en fout. Rien, que 2 vélos de gosses l'un dans le fossé l'autre à côté de la voie ferrée ! (Voir ci-après)

Le train de vie des familles devra nécessairement se réduire pour que chacun des moins bien lotis puisse se sentir un peu mieux dans sa peau et ne reste pas au bord de la route. C'est la partie subjective.
Cela devra se réaliser autrement qu'aujourd'hui avec le respect des choses, ce qui n'est pas du tout le cas. Chaque chose a un coût !

D'un autre côté cette réduction du train de vie va réduire en plus la demande et donc le travail pour produire. L'emploi va chuter et cette spirale infernale devient à ce stade un challenge difficilement maîtrisable. (Ce jour je viens d'entendre que le chômage avait progressé de 1.3% et je n'en suis pas étonné...)

Moins de travail, moins de possibilités d'acheter des biens ou de la nourriture etc…
Quelles seront les limites réelles ? Je ne les connais pas mais elles sont aussi dictées par notre capacité à comprendre ces phénomènes étroitement liés et à y apporter une réponse décente et surtout honnête.

Ce message s'adresse "aux politiques" qui ne semblent pas avoir pour règle la modestie et sont le plus souvent très fiers de leur image et ne pense qu'à flatter leur ego surdimensionné… Ils ne se soucient pas vraiment du bord de la route, sauf pour se faire mousser en disant qu'ils on créé ceci ou cela pour les sans logis ou les pauvres ou les jeunes…

Les écarts disproportionnés de revenus des uns fait mal aux autres et peut à terme engendrer des actes comme en Angleterre, voire pire au niveau des États, avec des guerres toujours possibles.

(Voyez le monde Arabe et ceux qui émigrent vers l'Europe…Malheureusement nous ne pourrons pas accueillir toute la misère du monde, et c'est à chaque individu de créer son propre environnement de vie, avec parfois une aide des autres, mais en respectant les idéaux moraux).
Ce sont les dirigeants corrompus et les mafias qui sont à battre ou à abattre, mais les populations doivent rester dans leur pays d'origine et faire leur propre révolution.
Cette éventualité de conflit reste toujours possible, et parfois la retenue qui peut empêcher de tels agissements peut céder lorsque des fous avides de gloire et de richesses oppriment leurs populations.

Un "péril jaune" guerrier n'est pas impossible, et on en parlait déjà dans les années 50.
Les autres périls s'ils ne sont pas guerriers sont une asphyxie lente des populations avec des migrations désespérées vers les pays dits "riches" en comptant totalement sur la compassion des autres, ce qui n'est pas une formule saine, car il n'y a alors aucun produit d'échange.
(Ceci simplement parce que l'étincelle de la révolte n'a pas jailli et que la solution de l'expatriation facile a été retenue. Chacun doit pourtant conduire sa barque en fonction des courants et ne pas attendre le salut sans tout tenter. La compassion a ses limites).

Ceci n'est pas une incitation à la révolution, mais fixe seulement des limites à l'aide potentielle.
Ainsi, si je travaille 7 jours sur 7 pour aider un voisin dans la misère, mais que celui-ci passe ses journées sur sa chaise longue, alors il est certain qu'un goût amer me vient à la bouche, car j'aimerais moi aussi pouvoir me reposer quelques heures….!

Il faudra aussi que tout un chacun comprenne que le travail est une nécessité absolue de survie et que la paresse à ce niveau est un acte qui impacte ceux qui travaillent. "Oui mais je n'ai pas trouvé de travail", OK ça arrive et cela m'est aussi arrivé ! Mais attention à la paresse ou d'attendre que le travail des autres vous aide à vivre, cela s'appelle de l'assistanat.

Alors pour donner une solution à cette difficile équation, je ne vois que le partage du travail pour que chacun ait une petite part à la fois d'effort et de récompense financière, mais cela entraînera obligatoirement une forte réduction du confort des mieux nantis.
Cela s'appelle la solidarité ou quelque chose que j'ai déjà vu de nombreuses fois : "Fraternité" (Réalité ou chimère ???)

C'est à mon sens la seule voie mondiale qui tendra à réduire les écarts anormaux de salaires (ou de biens) qu'il y a actuellement.
Comme dans beaucoup de domaines, c'est une question de moralité et de bon sens et tout devra être EQUITABLE.
Le mot est lâché comme pour le commerce du même nom, mais l'équité est réellement un maître mot.

Notre pouvoir d'achat
Pour faire écho au paragraphe précédent, notre pouvoir d'achat devra diminuer et les aides devront se réduire, entendez par là notre bonne "Sécu" (En particulier) dont on a toujours dit qu'elle ne serait jamais à deux vitesses… Alors Messieurs du gouvernement, elle n'est pas à deux vitesses elle régresse petit à petit et n'ose pas le dire. (Sur ce sujet je suis persuadé qu'il y a tout de même des abus énormes).
Vous nous avez donc menti et vous avez manqué des éléments essentiels de vos missions de présidents et d'élus : La clairvoyance et la lucidité, car même s'il y a eu des abus, vous étiez là pour y veiller. C'était votre mission !

Pourtant, quel homme politique aura le courage de dire que les temps vont être durs ?
Quel homme politique aura le courage d'annoncer de mauvaises nouvelles à quelques mois des élections ?
Aucun, et c'est bien regrettable, car même si le sujet pourrait déclencher quelques mouvements de protestations, je crois que cette personne en sortirait grandie (à terme seulement). On distille quelques bribes sans oser l'attaque frontale.

"Votez pour moi, je vous promets des temps plus durs mais une vie plus honnête et responsable !" (Le feriez vous ? non!)

Il faut aussi regarder le pouvoir d'achat dans d'autres pays, car nous faisons tout de même partie des nantis pour un bon nombre d'entre nous. (Pas tous, c'est vrai)

C'est une crise Mondiale car la monnaie mondiale acceptée CRACK4par tous depuis de nombreuses années était le dollar, et cette monnaie, du jour au lendemain est déclarée peu fiable.
Alors c'est la crise, car rien n'est prévu pour ce cas. C'est un peu comme lorsque l'on est passé à l'an 2000 sur les ordinateurs… C'était un peu le "binz".

N'oubliez pas qu'en 1990 la dette des États-unis était déjà connue comme très inquiétante et les intervenants en économie de l'époque le savaient parfaitement. Il a fallu 21 ans pour s'en apercevoir ? Non mais tous les dirigeants ont fait l'autruche comme pour le passage à l'an 2000.

Le pouvoir d'achat est quelque chose qui doit être apprécié à son juste niveau, et si vous achetez pour jeter de l'inutile, je dirais que si vous ne pouvez pas manger à votre faim, vous en êtes le principal responsable.

Pour l'illustration, j'ai tout de même choisi deux photos prises le même jour dans une commune de l'Est de la France...

Qui est responsable de cela ? les parents ? L'éducation ? L'Etat...
Je dirais volontiers que tous sont responsables car ces gens jettent ou ne suveillent pas leurs enfants, sont aidés et n'ont aucun respect d'un nombre important de valeurs de base.
De plus c'est une pollution et un gâchis de matières premières. Enfin si il y avait un minimum de compassion de ces familles pourtant riches par les aides, elles donneraient ces vélos de gosses, quasiment neufs, à  d'autres.

Mais je veux tout de même dire que les fabricants (pourvoyeurs d'emplois) ne rechignent pas à fabriquer de l'inutile, du moment que cela rapporte !

Je crois même que dans ce cas précis, c'est encore plus grave, car même leurs proches ne peuvent pas en profiter !
Adieu va, cela me fait de la peine, car il y a peut-être eu du crédit pour acheter tout cela ??? Ce sera l'objet du chapitre qui suit !

Le crédit
J'ai déjà évoqué cette plaie qu'est le crédit dont beaucoup de ménages, semblent ne pas comprendre le fonctionnement. Un organisme prêteur ne prête pas seulement, il assure un bénéfice à l'épargnant et se sert également un copieux bénéfice sur le dos du client.
C'est-à-dire qu'un crédit ne doit à mon sens n'être utilisé que pour acquérir un bien INDISPENSABLE et surtout DURABLE.
Pas de crédit pour le portable, la télé ou le frigo "Américain", mais à la rigueur pour la voiture dans le seul but du travail et pour l'appartement ou la maison, c'est-à-dire "UN TOIT"

Le crédit, ainsi que les organismes de regroupement des crédits, sont des activités qui ne créent aucune richesse, et pire qui enfoncent leurs clients dans des dettes sans fond.
Il faut tout de même savoir (Qu'à moins de disparaître), les dettes sont toujours honorées au fil des années.
Une banque ne renonce jamais, et au pire pour faire rentrer l'argent AU PLUS VITE, elle vend le plus souvent pour une bouchée de pain les biens de la personne saisie.
La dette est souvent alourdie par cette vente rapide à bas prix le plus souvent, et qui enfonce encore un peu plus l'endetté.

Non, le crédit a ses limites. On peut y recourir avec parcimonie, pour les quelques cas cités mais surtout pas avec des taux variables.
Obtenir un crédit pour un achat n'est pas un exploit et très peu de vendeurs ou d'enseignes regardent les possibilités effectives de remboursement.
La vente a lieu c'est l'essentiel ! Moralité Monsieur ! On devrait vous faire le coup !
J'ai une petite idée derrière la tête, et je crois bien que lors de la publication je vais avoir un mail…

J'ai une vieille  télé ! Alors il faut se passer de l'écran dernière génération de 102 cm en "full HD truc machin 1080" Oui mais le voisin lui s'en est payé une ! Si il est riche pas de problème majeur mais il s'est peut-être endetté pour cela ? Alors c'est là que le bas blesse, car il payera environ DEUX FOIS LE PRIX.
Le crédit gratuit est un leurre et tout se paye, car je ne connais pas de personnes désintéressées hormis les bénévoles d'associations caritatives.
Lors de la souscription d'un crédit, il faut regarder dans le cas le plus défavorable le montant total remboursé et voir si réellement la nécessité (Ou le plaisir) sont essentiels à la vie toute simple. Le crédit est un appauvrissement.

J'ai démarré dans la vie avec un buffet de cuisine et une petite table de cuisine en Formica. Un panneau de particules peint et deux tréteaux pour la salle à manger et quelques "cubes" en particules également pour les rangements ont accompagné ce "mobilier" réalisé par l'ami "Gérard". Le lit était "sans bois de lit" posé simplement sur 4 pieds. Nous n'avions pas emprunté !

Bannissez le crédit c'est un piège mortel ! Ce piège vous empêche de progresser, car c'est le prix total qu'il faut regarder. Il représente souvent jusqu'à 2 fois le prix de l'achat initial. En réalité vous avez perdu du pouvoir d'achat. Ne regardez surtout pas les mensualités mais la somme totale qui sera versée !

Fabriquer en France ?
On rejoint le sujet du travail qui manque, et à ce stade, je crois que l'État devrait faire preuve de clairvoyance, car si nous sommes assez bons en commerce, études et leçons à donner, nous devrons bientôt nous inscrire à une école pour apprendre à fabriquer toutes choses, car c'est bien beau de faire vivre les petits Chinois, mais l'attitude de ces fabricants de mauvais produits ne me parait pas honorable.
Doit-on aller lécher les bottes pour négocier quoi ? Négocier de se faire copier nos idées ? NON merci !

(Un mauvais produit acheté et jeté coûte plus cher qu'un bon produit, et appauvrit les ressources de la planète !)

Devront nous être à la merci de tels pays sans scrupules ? Je dis à haute voix ma désapprobation de voir partir des pans entiers de la production vers l'étranger.
Au pire l'État devrait racheter des entreprises clef qui délocalisent, ou ponctionner largement les comptes pour financer les "Pôle Emploi".
Une filiale de Peugeot, un équipementier connu qui a du changer une fois de plus de nom a, (Ou a eu) un projet de délocalisation… Eh bien après avoir reçu  beaucoup d'argent de l'État Français (Indirectement par Peugeot), ce constructeur ou sa filiale irait dans d'autres pays à bas coût ? Pas très honorable Messieurs les industriels Français.
Vous avez le nom de la France en référence, et vous pourriez au moins lui faire l'honneur de la remercier pour l'aide qu'elle vous a procuré lors de la dernière crise de 2009 en gardant un niveau artificiel de production permettant de garder des emplois locaux et en soutenant finalement vos propres bénéfices.
(Mais l'emploi, mais ce n'était pas l'essentiel pour vous)

Au final ceux qui n'ont pas acheté de voiture à ce moment opportun se sont vus appauvris par ce stratagème pervers !

Le plus souvent il est certain que le coût de fabrication en France est plus élevé qu'en Roumanie ou ailleurs, mais au moins il nous reste les investissements sur notre sol, et nous gardons le savoir faire, ce qui est tout aussi important.
Je dis cela aussi bien pour d'autres grands groupes et ce n'est pas le procès de Peugeot spécialement, c'est tout aussi bien celui de Renault, Michelin  ou de Dassault.
En effet un savoir faire (J'entends un savoir BIEN faire) vaut de l'argent car ce sont des mises au point coûteuses. Ainsi pour illustrer cela, je voudrais citer les Chinois et quelques locomotives (ou TGV) qui sont achetées en France à condition d'être produites après en chine…
Eh bien c'est aussi simple que cela, la Chine fabrique et concurrence le fabricant Français… Je ne connais pas les accords commerciaux, mais je ne me fais pas beaucoup d'illusions sur la capacité des Chinois à copier illégalement et spolier ainsi les fabricants Français de futurs contrats. "Sans foi ni loi" !

Une fabrique de pneus quitte la France comme les CONTIS de Clairoix… Alors il y a un grand constructeur Français qui pourrait les reprendre moyennant des accords avec l'ÉTAT et une obligation de ne pas licencier. Il est hautement préférable d'aider ((Modérément), voir l'effet pervers au paragraphe ci-dessus) au lieu de payer le chômage aux ouvriers licenciés (Du moins pour un temps).
Autre solution : taxer immodérément tout départ de matériel de production vers l'étranger.

Patrons voyous ? Il y en a ! Ils n'hésitent pas à embaucher tous les "cas aidés" pour réaliser encore plus de bénéfices et ils licencient  simplement après, (Ou remercient poliment ce qui est parfaitement équivalent) tout en changeant de nom de Société. Il suffit de voir les plans de reclassement "merdiques" des entreprises qui ferment...!

Mes anciens patrons, escrocs en col blanc sont passés au tribunal et cela m'a fait un grand plaisir de voir la médiocrité et le vol punis.
Ce passage difficile m'a cependant été bénéfique car j'en ai tiré des éléments qui m'ont permis de repartir (Ou rebondir comme on dit maintenant) et d'acquérir de nouvelles compétences qui m'ont servi immédiatement après.

Le Commerce
Le commerce n'a de véritable sens que s'il est ÉQUITABLE. Ainsi le cadre est posé dès le début du paragraphe…
Vers les années 1995 (?), Le commerce était tellement acerbe que l'on ne payait pas même un minimum aux paysans du tiers monde, pour que ceux-ci puissent vivre décemment de leur travail, (le plus souvent très pénible). Des organisations diverses et entreprises émues ont validé avec justesse cette idée du COMMERCE ÉQUITABLE qui me semble excellente dans l'esprit.
Des marchés importants ont été emportés pour quelques Francs à l'époque. C'était et c'est toujours la guerre des prix.

Malheureusement l'ÉQUITÉ n'est que dans l'esprit, car aujourd'hui c'est principalement le dernier maillon de la chaîne qui fait l'effort financier pour l'équité. Que font les intermédiaires (ou les distributeurs) qui gagnent le plus ? Certainement pas les plus gros efforts !

L'équité concerne tout le monde et cela irait certainement mieux si les grands patrons étaient renouvelés un peu plus souvent (Il y a à ce moment toujours baisse du salaire d'entrée) . "Carlos" s'accroche après avoir manqué de jugement. A ce niveau de rémunération, je pense que l'erreur n'est pas pardonnable. On doit posséder le sixième sens ou déménager, car d'autres tout aussi ambitieux attendent...

Doit on commercer à tout prix ? (J'entends exercer une pression commerciale). Je n'en suis pas certain ! Je considère même que cela peut être une image négative d'une société qui n'a pas vraiment d'innovation à mettre à son "book", et qui n'a que la seule fébrilité du profit immédiat. (Ventes à domicile et en groupe)

Je pense par opposition à une petite Société basée en 54 et qui possède un savoir faire unique en matière de pompes spéciales, et qui a dû se faire "bouffer"...(Mais je n'ai pas pu suivre l'affaire).
Pour ma propre vision, je ne fais pas confiance à une Société qui n'a pas d'adresse, qui se cache, ou au contraire que l'on retrouve sur toutes les pages d'Internet.

Le commerce est avant tout un échange et une Société doit avoir des commerciaux pour répondre sur place à ses clients, les conseiller de vive voix, mais aussi pour les accompagner sur des sujets techniques pointus ou d'éventuels problèmes spécifiques d'emploi. (Internet n'en est pas le modèle !)
 
Le commercial qui fait le porte à porte est non seulement inutile, mais de plus je lui tire mon chapeau pour son endurance et sa résistance à la frustration car sa mission est parfaitement inutile aujourd'hui (Dans le cadre d'un commerce équitable et raisonné).
Il me semble parfaitement vain d'inciter à acheter car c'est créer un besoin qui n'existait pas préalablement !

Voir ainsi les litiges avec les vendeurs de photovoltaïque…Voici une anecdote à ce sujet :

Il y a 2 ans, je me rendais vers Paris et je me suis arrêté dans un grand super marché de banlieue éloignée, pour réaliser quelques courses…Dans la galerie il y avait des vendeurs de solutions photovoltaïques. J'ai été accosté au vu de mon allure de "provincial", (ça se remarque !) On discute et je dis : "moi je suis seulement intéressé par l'achat de panneaux seuls !" Que n'avais-je pas dit ! Ah non Monsieur ce n'est pas possible !

Voilà le type même de Société pourrie qui n'a d'autre religion que le maximum de profit, car dans le panneau seul il n'y a que trop peu de bénéfice à réaliser !

Le commerce de l'argent n'est pas générateur de biens mais est uniquement une spéculation destinée à augmenter les seuls profits financiers de patrons ou actionnaires... (Sans nom d'oiseaux)
Tous les acteurs prélèvent leur quotte part et les intermédiaires nombreux se rétribuent largement… sur le dernier maillon de la chaîne, c'est-à-dire vous et moi.

Les intermédiaires
Le mot intermédiaire a été juste "lâché" mais il mérite réellement un petit paragraphe, car si je peux m'entendre avec le fermier du coin pour pouvoir faire une bonne omelette hebdomadaire, celle-ci me coûtera deux fois plus cher si je vais chez le crémier.

Est-ce normal ? Oui et Non. Oui car les œufs ont été transportés du fermier au magasin et ce transport a un coût, mais "l'œuf est resté œuf" et donc aucune valeur ajoutée n'a été apportée à ce produit et en ce sens c'est (Un petit..) non.
Les intermédiaires ont mauvaise presse, mais je pense tout de même que leur rôle de regroupement de denrées ou produits est indispensable aujourd'hui. Cependant leur marge ne doit pas être disproportionnée, car ils peuvent réaliser de faibles bénéfices unitaires et se récupèrent sur des quantités importantes.
Ils  peuvent apporter un réel service de livraison de proximité sans taxer trop fortement le produit initial (Qui n'a pas eu de réelle valeur ajoutée dans cette pérégrination)

Par opposition, je critique volontiers les grandes surfaces, qui, avec leurs centrales d'achats imposent littéralement leur LOI vis-à-vis des producteurs ou des intermédiaires. "C'est X Euros ou rien !" Il est vrai que leur poids en termes de débouchés est faramineux et représente un réel enjeu pour la survie d'un petit producteur par exemple. C'est un POUVOIR terrible.

"Ils" le savent parfaitement et en abusent et j'ai mal pour les "hôtesses de caisses" payées au lance-pierre et corvéables aux horaires décidés sur l'heure. Ainsi à 11 heures on peut entendre : "Joyce" vous viendrez à 14h30….
De plus ils cherchent tous à virer ces salaires (Rectification...Non, ces salariés, dont les salaires...) qui obèrent encore trop leurs gigantesques bénéfices.
(Ce lapsus n'en est pas un mais seulement la parodie de leur pensée !)
Non cela n'est pas correct dans notre Pays. Ce pouvoir est exorbitant !

Revenons aux intermédiaires, financiers cette fois ! C'est certainement cette race très mauvaise qui pollue tout le monde de la finance en spéculant, en faisant courir des bruits et autres stratagèmes pour influencer les marchés de façon à pouvoir engranger des bénéfices immédiats de spéculation entre la vente et la revente de titres.

C'est une véritable pollution mondiale dénuée de règles. Le Crack c'est aussi cet aspect VOYOU. C'est le Bernard MADOFF US, mais il y en a tant d'autres !

La valeur ajoutée des opérations de bourse est nulle car cela reviendrait littéralement à faire de l'argent avec de l'argent. La cotation n'a plus aucune représentativité de la valeur réelle d'une Société. Rien qu'à cette définition on comprend bien que l'argent va appeler l'argent. C'est la fièvre de l'or !
Combien d'hommes morts "légalement" d'épuisement ou, par violence a laissé le Klondike avec la fièvre de l'or ?
Ce monde de la finance d'aujourd'hui est tout à fait celui-là, avec la neige et le froid en moins, mais avec toute l'insolence et la cruauté du dépouillement des plus faibles pour le profit de quelques uns seulement.

Le terme que je prendrais volontiers pour leitmotive serait l'Équité. Le commerce est la base de tous les échanges depuis la nuit des temps, mais ce terme est maintenant vidé de son contenu, car le plus fort impose sa loi sans contre pouvoir. Il n'y a plus de réelle équité !

Pour mieux illustrer cela évaluez la valeur d'un produit, (de façon technique, en termes de prix de revient + marge) de nombreux produits. Regardez ce même produit à diverses occasions...Rien de cohérent ! C'est une anarchie totale qui est seulement le reflet de très nombreux paramètres que je préfère garder sous le coude, car ce serait un cours magistral de commerce !

Un mot encore concernant les jeunes
Je sais que le travail ne les affole pas, mais je ne leur jette pas nécessairement la pierre.
Il faut que l'école soit beaucoup plus pragmatique et responsable pour accompagner et montrer le véritable chemin de l'effort et du travail avec des valeurs incontournables qui sont le respect, l'équité, le travail, et la connaissance tout de même !
Le travail des profs est difficile mais motivant et ce n'est pas de faire grève pour un oui ou un non qui donne une image saine et l'exemple aux jeunes.
Le professorat est une vocation, car il permet de conduire de jeunes esprits vers une vie d'adultes responsables.
Notez aussi que les parents qui démissionnent et ne s'occupent pas de leurs rejetons, sont tout autant à sermoner. Voir des gosses de 10 ans traîner dans la rue à 11 heures du soir n'est pas acceptable, et là ce n'est pas du tout l'école qui est en cause !

Le monde de la défonce, de la drogue, de l'alcool et de l'argent facile ne représente rien qui ait un semblant d'intérêt. C'est un coquille vide.

Je n'ai jamais fait d'études de philosophie mais je suis un adepte de celle-ci, car sans cette vision différente de ce qui nous entoure, je pense que la vie serait seulement un "accident du hasard".

J'ai récemment lu un bouquin sur le scoutisme, qui bien qu'il ne soit pas une fin en soi, représente tout de même une certaine vision de la vie (En dehors de tout aspect religieux qui n'est pas une caractéristique absolue du scoutisme, contrairement à ce que l'on pense)
C'est une école de la vie qui me semble bonne et dont beaucoup de "grands" d'aujourd'hui sont issus.

La jeunesse est la promesse de la vie et du futur, mais elle doit aussi en être pleinement consciente et si elle tombe dans la bêtise, et la violence alors il faut la recentrer et la contraindre si nécessaire, car ni l'école ni les parents n'ont pu, ou n'ont eu le courage d'intervenir.

Je ne partageais pas du tout (à l'époque) l'aspect  service militaire, et j'ai fait mon service militaire obligatoire. J'avais souvent considéré ces 16 mois, comme inutiles et perdus.
Avec les années de plus, et devant la tournure de la société, ainsi qu'un certain recul, je suis obligé de dire que l'armée avait tout de même du bon, dans le sens où l'obéissance et le respect étaient toujours obtenus (Par la crainte ou par la contrainte).
Finalement je suis obligé de réviser ma position, (Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...) car je serais pour la reprise du service de "type militaire". Un service civil est certainement très bien, mais ne donne pas cet aspect d'autorité militaire. Pour ce qui est des comportements d'aujourd'hui, je pense que c'est une voie à explorer et qui s'insère dans la morale globale d'une nation.

Bien entendu 16 mois sont beaucoup trop longs et cela a aussi un coût, mais il faudrait évaluer ce qui est tolérable en termes financiers et d'efficacité et je pense qu'entre 3 à 6 mois on serait dans une bonne fourchette de durée.
Cet aspect d'appartenance à quelque organisation, et à son pays en particulier est aussi un élément important qui a besoin d'être éveillé et cultivé, car nous appartenons à un groupe dont nous sommes un des membres et nous partageons ensemble un certain nombre de VALEURS communes de la République Française (Même si on n'est pas d'accord avec tout).

Les étrangers qui vivent sur notre sol nous font souvent savoir qu'ils appartiennent avant tout à une autre entité que la France en gardant ostensiblement leur coutumes, costumes et traditions (...). L'appartenance est un lien fort et je ne mettrai pas plus d'huile sur le feu !

Je reviens aux jeunes...La publicité des marques et le qu'en dira-t-on si le gamin n'a pas le dernier look à l'école n'est pas acceptable. Regardez les cartables avec toutes les icônes qui fleurissent… C'est réellement inciter les petits et à leur donner un pouvoir sur leurs parents ! (Pouvoir ! ? Cela commencerait-il  déjà là à l'âge de 4 ans ?)

Je pense que comme en Angleterre la tenue identique ou l'uniforme pour tous les écoliers est une action bénéfique de mise sur un même plan d'égalité pour tous. J'y suis favorable tout autant que l'internat qui est déjà une école de la vie en Société.
J'ai porté juste après guerre la blouse grise des écoliers et je n'en suis pas mort (Pas encore !)

Un mot sur les portables ? Allez vite fait, car j'y vois encore du mal, alors tant pis !
C'est déjà un risque physiologique pour tous et spécialement pour les "petits neurones" tous frais d'un gamin ou d'un ado. Rien ne prouve en effet l'innocuité au niveau du cerveau, pas plus que l'influence sur des zones spécifiques du comportement ou de la pensée.

Les portables représentent le lien avec son groupe d'appartenance, et cette notion de groupe est un élément majeur de ce besoin. Les portables sont aussi un élément qui coupe de fait l'effort physique pour aller jusque chez son meilleur copain.
C'est une facilité dont l'emploi pourrait être retardé car l'utilisation pour les copains dès l'âge de 10 ans ne me semble pas nécessaire ni souhaitable.
(Un seul bémol à cela est la surveillance beaucoup plus facile pour les parents)

Enfin le portable pour causer avec les copains, cela a un coût que les parents acceptent, mais cela s'appelle un besoin non générateur de valeur ajoutée, et les opérateurs se frottent les mains.

Bon cette fois j'en mets une couche au passage pour les opérateurs car ils le méritent largement par les profits, les ententes illicites et les arnaques de contrats. Le progrès technologique est-il toujours une bonne chose ?
C'est le prochain sujet de philosophie du bac 2012 ou celui qui est déjà sorti …!

Aurais-je déraillé ? Pas tout à fait, car donner à des enfants une telle technologie ayant largement nécessité de travaux de haute précision et consommé des ressources est juste un peu surfait. Les fabrications sont majoritairement réalisée en Asie et n'apportent rien d'autre en France.
Où est ainsi la valeur ajoutée à ce produit ? Elle se situe essentiellement dans les bénéfices réalisés par les opérateurs ! Les inconvénients sont des changements pas nécessairement bons dans les comportements.
Il y a cependant des avantages indéniables pour les adultes, car ils évitent bien des trajets, mais ils deviennent aussi des biens de confort, voire de snobisme. (C'est donc une inadéquation entre le coût et le service rendu)

En ce sens ces appareils très utiles mais CONSOMMABLES deviennent mauvais dans cet esprit de lucre tout autant que pour la planète dont on épuise les ressources, et ils sont aussi des acteurs du Crack, n'est-ce pas "Monsieur Paul Emploi" qui étiez un des premiers de ce monde. Stop l'actualité m'oblige à rester décent ! C'est bon on passe au suivant !

Mafias et impôts
Les états consomment pour assurer une vie sans problèmes majeurs à leurs populations. Que ce soit des moyens de communications, routes trains..., de la sécurité avec les gendarmes et l'armée, l'éducation ou la santé.
Cette consommation de biens et services a un coût qui est financé par nous tous, et par les différents impôts et taxes. (Je suis d'accord c'est toujours trop cher !)
MAIS si tout le monde acceptait de payer sa quotte part, ça serait moins cher pour nous. J'entends ainsi que tout un chacun essaye de tirer la couverture à soi, et ce sport national Français est bien ancré. N'est ce pas Johnny et les autres ….
Ces manques de revenus d'impôts des hauts salaires coûtent aux plus petits. Il n'y a pas de miracle, "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme".

L'impôt est donc une nécessité mais il doit être équilibré et juste.
Attendez…Voilà les plus riches qui vont se faire mousser maintenant en réclamant des impôts…Il n'y a rien de spectaculaire à cela, ce n'est simplement que juste et Équitable !

L'Équilibre des impôts et taxes n'est pas souvent d'actualité, car les mafias profitent par le biais des transferts d'argent illicites par Internet ou autre, de mettre leur argent sale en sécurité dans les paradis fiscaux.
Toutes les techniques sont bonnes pour se soustraire à l'impôt, par le biais de banques véreuses, de la drogue, du crime, du racket, et j'en passe…

Tout cet argent au profit exclusif d'un seul homme ou d'une minorité ne participe pas à la richesse d'un pays et appauvrit ses habitants qui doivent fournir plus d'argent au pays.
Cela est particulièrement sensible dans les Pays d'Afrique, mais les banques Américaines ferment les yeux sur l'argent sale, et je comprends parfaitement que la crise soit profonde, car on ne peut pas dire la morale et faire l'inverse.

Les mafias du tabac de l'alcool, de la drogue, du médicamant, sont donc à tuer car elles appauvrissent tous les pays.

Pour être un patriote éclairé, (Ou simplement pour que la vie en France soit plus facile, achetez le plus possible Français et "local". Vivez sans crédit, vous serez plus heureux. Soyez Équitables, le monde s'en portera mieux.

Rien ne va, 
Ah ça y est le vieux radote encore…! Pas totalement rassurez vous !
Dans le Crack il faut aussi comprendre le malaise général d'une population qui est essoufflée de voir que tout fout le camp. (Voir La Poste, service en décrépitude et roulant à contre sens). Ce qui marchait à peu près a été saccagé, et on ne parle plus QUE de rentabilité.

Mais où sont donc la police ou les gendarmes ? À 50 kilomètres de là… Alors comment voulez vous intervenir rapidement en cas de nécessité ?
Le sentiment d'insécurité est présent tous les jours et à toute heure. Je vais tout de même donner un contre exemple avec le "mec" qui tiré Monsieur Sarkozy par le col de son veston… Même notre Président arrive à se faire prendre à son propre jeu de démantèlement.

La confiance se mesure surtout dans le cœur des populations.

C'est un sentiment que l'on ressent lorsque l'on vit dans un pays, alors je ne suis pas vraiment surpris du manque de confiance.

Je suis désolé mais rien ne va effectivement. Les jeunes ne sont pas bien dans leur tête, les parents démissionnent, les profs sont plus préoccupés de leur carrière et de la prochaine grève avec de faux prétextes de qualité de l'enseignement.

Non rien ne va véritablement bien, alors comment voulez vous donner une image sereine à l'extérieur ?
Il y a bien longtemps, j'ai appris à peu près à lire et à écrire, car cela était encore une valeur incontournable. Ce n'est même plus le cas aujourd'hui, et pour des textes très simples, il y a une faute par ligne (Je viens même de voir les "palmes académiques" avec 5 fautes sur 4 mots de la part d'un Français !).
Comme tout le monde, je fais aussi des fautes, rassurez vous, mais tout de même ! Il y a des limites à la bienséance. (Internet ne me facilite pas la tâche de ce point de vue, car à force de voir des énormités et plusieurs fautes dans un même mot, je finis par devenir chèvre...)

La violence qui devient toujours plus présente est encensée tous les jours à la TÉLÉVISION. Que ce soit par les séries américaines qui vantent ces comportements ou les faits divers toujours plus détaillés.
Plus pervers et sous couvert de belles choses, la télé excite aussi les convoitises par le luxe criant en montrant M.D P qui se "goinfre" d'hôtels mirifiques où l'on vous fait les ongles, où on vous masse jusqu'au petit doigt de pied etc… Et le tout dans un décors de rêêêve...

Naturellement je ne me fais pas de soucis pour M.DP, car ses séjours sont totalement gratuits, et de plus  certainement payés par la chaîne de télévision… Mais le moral en prend un petit coup, surtout lorsque l'on entend qu'en plein mois d'Août on sert des repas aux plus démunis.
Il y a un vieux proverbe qui dit que l'on ne doit pas déranger un chien qui dort ! Je crois qu'on l'a dérangé tout de même car le résultat est là !

Dans les télévisions Françaises, et hormis quelques jeux, il y a à faire un sérieux ménage pour que tout redevienne un peu moral, à savoir réglementer un peu mieux la publicité, car avoir droit tous les jours au professionnel américain du pare-brise devient réellement une intoxication publicitaire. Je crois que si par malheur j'ai un éclat sur mon pare-brise, je ferai tout pour ne pas y aller tant je suis excédé par cette publicité qui est un véritable lavage de cerveau.

Regardez aussi les téléréalités affligeantes telles que le carré VIP ou Secret Story et bien d'autres qui présentent une bande de désoeuvrés à des gens qui ont du mal à boucler la fin de mois, alors que cette bande de "petits merdeux" se trémousse ou se fait bronzer aux frais de la princesse

La télé ne doit pas nous prendre pour des idiots avec les questions à répondre du style : Qui a inventé le paratonnerre ? Jésus Christ ou Franklin ? Ce principe est perfide.

Je vais me taire sur les dépenses de prestige de l'Élysée car elles sont (Un peu) nécessaires, mais lorsque j'entends qu'elles ont été réduites de x millions, alors je me demande ce que cela devait être avant…

Oui le Crack c'est aussi cela et si j'aime mon pays, je veux aussi dire tout ce qui ne va pas et qui détonne dans ce monde de brutes.

Guerre mondiale ?
Utopie ? Ce n'est pas certain…Quand votre locataire ne vous paye pas son loyer, vous n'êtes pas satisfait et c'est normal, mais si celui-ci, qui n'a pas participé à l'investissement initial, considère de fait que le loyer est trop cher ou qu'il n'a pas à faire d'efforts car vous êtes plus riche que lui
Alors la moutarde vous monte au nez, car vous le trouvez toujours sur la chaise longue, alors que vous avez trimé pour lui faire un appartement de qualité, au lieu de vous prélasser.

Quand en plus le locataire vous fait un pied de nez (Et je l'ai déjà vu lorsque des propriétaires me demandaient de couper l'eau à leur locataire qui ne payaient pas les loyers…) alors c'est le comble et vous voyez rouge…
Les Chinois qui on peur de voir leur dette impayée à cause des États-Unis en difficultés car trop endettés, pourraient vouloir se servir directement sans attendre le bon vouloir des Américains. Scénario catastrophe certes mais on ne sait jamais en cas d'aggravation ou de circonstances indirectes induites…

Si la guerre armée immédiate n'aura peut-être pas lieu, le résultat n'en sera pas moins une guerre commerciale avec des prises de biens et destructions d'outils de travail. Alors à ce stade une Nième guerre pourrait remettre les pendules à l'heure et bonjour "Monsieur Sisyphe"...

Non, vous avez oublié une seule chose, vous n'aurez peut-être plus toutes les ressources pour guerroyer car il n'y a plus grand'chose dans la terre, plus de minerais, plus de tantale, plus de cuivre et la terre est tellement polluée que le blé ne pousse même plus. Il faudra refaire du neuf avec du vieux ! 
 
Je ne vais pas aller plus loin dans les descriptions car le thème est déjà bien dégrossi. Mais alors…

2 Que faire ?

Je crois qu'il n'y a qu'une seule chose qui puisse nous sauver, c'est le partage et L' ÉQUITÉ.
Mais attention, malheur aux pervers, fainéants et "couleuvres" en tous genre, les sanctions devront tomber, lourdes et féroces car c'est tout le monde qui trinque.
Dans ce cas, les trafiquants de tous poils devront mettre "la main sur la lime" et travailler réellement pour produire de véritables richesses, fruit d'un travail !

Il n'y a pas de sots métiers, il n'y a que sottes gens. C'est le travail seul qui peut nous sauver de tous les maux. S'il n'y en a pas assez pour tous, il devra être partagé et notre confort va nécessairement en pâtir.

Études à tout prix jusqu'à BAC+8 ? Pas nécessairement, car de vrais professionnels sont très utiles et recherchés.
Le savoir faire est aussi important que de savoir poser une équation, sans oublier cependant qu'il y a des minimums incontournables dans la connaisance pour pouvoir exercer des métiers manuels. (Il faut tout de même savoir lire et écrire à peu près correctement !)

Que dire de l'Europe ? Je pense qu'elle n'était pas prête pour cette révolution et qu'elle n'est que le fruit de quelques illuminés qui ont voulu tout accélérer pour "se faire mousser".
On ne place pas le loup et les agneaux dans un même parc.
L'Europe existe maintenant, et il faut vivre avec, on ne peut plus revenir en arrière, ce serait une erreur fondamentale.
Les mentalités n'étaient pas encore réellement prêtes et les niveaux de richesses étaient beaucoup trop disparates entre tous les pays, pour que cette Europe puisse naître sans douleur. Le retour arrière n'est plus possible maintenant, et c'est certain, ce sera un effort supplémentaire pour nous tous.

Nous devrons donc retrouver rapidement un schéma de Société différent où le profit brut n'est plus le seul critère de réussite.

Aurais-je un accent religieux ? Ce n'est pas le cas, mais il est certain qu'au niveau des valeurs seules prônées par beaucoup de religions, les points de vue ne sont pas si éloignés.

En écrivant tout cela, j'espère que ceux qui ne s'aperçoivent de rien prendront conscience que notre Société doit changer en BIEN, avec plus de MORALITÉ, de discipline et de solidarité et avec une plus grande ÉQUITÉ.

Le "bâton" ne devra pas être très loin non plus pour les brebis galeuses qui préfèrent le repos et l'argent facile du vol, du meurtre ou du commerce illicite.
C'est dans cette double vision qu'il faudra naviguer en évitant de pencher plus d'un côté que de l'autre. Alors peut-être nous sentirons nous un peu mieux dans nos "godasses" et que nous oublierons la bande de petits désoeuvrés de 10/15 ans qui ont fait le "bordel" toute la nuit…

Merci à tous ceux qui auront eu le courage de lire jusqu'au bout cet article. Si vous pouvez le faire partager à quelques responsables politiques, ce serait bien, et je suis certain qu'ils critiqueront cet article (Pas moi, car ils attaquent rarements les électeurs).

Si vous partagez ces points de vue copiez l'adresse de cette page du blog pour vos amis :

Mais au fait tout ce qui a été dit relativement au Crack, ça mène à quoi  ? Je crois que l'idée de base est un peu plus de moralité dans le commerce et la finance, et le monde se portera mieux.

Si vous n'êtes pas d'accord avec les éléments cités, vous pouvez le dire, mais je ne répondrai pas car je consommerais alors en écriture seule, les quelques années qui me restent, mais merci à ceux qui trouveront cet article à propos.

Bon… Je vais m'occuper de mon panneau solaire… Il faut de même que je travaille un peu pour produire quelque richesse…

_____ ( retour en début d'article ) ____

_____ ( retour accueil lokistagnepas ) ____
_____ ( retour accueil bricolsec ) ____