Moteurs monophasés, qui ne démmoteur2arrent pas

1     Premier souci
2     Deuxième problème
3     Le condensateur
4     Recherche de la panne 

Si vous arrivez directement sur cette page par un moteur de recherche, vous pouvez avoir accès à la table des matières et à chaque article, en page d'accueil.    L'accès se fait par l'un des deux liens en tête de colonne de droite ----->


Avant Propos

Devant une deuxième panne de moteur de même type, je me suis résolu à faire un petit article tout simple pour indiquer ce qu'il y a à faire devant un moteur de type ASYNCHRONE monophasé avec démarrage par condensateur et qui refuse de démarrer. (Cet article ne s'applique que pour ce type de moteurs).

Le MOTEUR ASYNCHRONE est un moteur appelé aussi moteur avec rotor à cage d'écureuil. (Photo de tête d'article d'un rotor).

Ce type de moteur est d'une remarquable fiabilité, puisqu'il n'y a aucun contact tournant, aucune usure de collecteur ou de balais, rien qui peut causer un problème (à part les roulements éventuellement), mais sur les moteurs monophasés, en l'absence d'un champ magnétique tournant, il faut en créer un artificiel nécessaire au démarrage par un condensateur de même nom…..

1 Premier soucmoteur1i

J'avais acheté une bétonnière Bétomix B134, je ne sais même plus où précisément, car cela date de 8 ou 10 ans. J'avais entendu une réflexion d'un vendeur comme quoi les moteurs grillaient facilement. Bon, cela ne m'avait pas trop rassuré, mais c'est le genre d'engin à côté duquel on se trouve toujours, lorsqu'il est en fonctionnement. Il est donc très facile d'intervenir rapidement.

Lors d'un appui sur l'interrupteur marche, "en pleine coulée", et à peine plus d'un an après l'achat, le moteur a ronronné mais n'a pas démarré, alors j'ai arrêté tout de suite. Le moteur n'a pas chauffé et n'a donc pas grillé (mais il aurait pu en insistant !) Après recherche rapide, le condensateur de démarrage avait rendu l'âme. Je ne me souviens même plus si il était éclaté, en court-circuit ou coupé, car c'est trop ancien.

2 Deuxième problème

Il y a quelques jours, c'est une petite pompe de surface de nom Practyl, avec le même problème mais là je n'étais pas à côté… Je ne sais toujours pas si le courant a été interrompu par un thermique incorporé au moteur (?) ou si je suis arrivé au bon moment. Pas d'eau, donc on va voir, et là le moteur était bouillant !

Seule bonne solution couper immédiatement le courant au moteur et attendre le refroidissement avant tout nouvel essai (plusieurs heures).

Le disjoncteur 16 A n'a pas sauté, pas plus que le différentiel (en état)

En ce printemps 2009, il y a du pollen jaune à foison et il y en a pas mal qui a réussi à rentrer dans la citerne d'eau de pluie, car le pollen flotte et bouche progressivement les filtres d'arrivée, puis va dans la citerne.

Alors j'ai pensé que la pompe était bloquée, ce qui aurait été "seulement à moitié normal", car le filtre d'entrée de pompe (100µ) ne semblait pas en contenir, et comme la crépine d'aspiration n'est pas en surface mais sous l'eau, ça aurait été anormal...

Après refroidissement, j'ai réenclenché rapidement, le moteur "grogne" (ronronne mais ne tourne pas). Arrêt immédiat !

Alors je me suis dit qu'avant de démonter la pompe, j'allais essayer de tourner l'arbre….2 vis du carter vers le ventilo à enlever et surprise, l'arbre tourne facilement !

Si ce n'est pas l'arbre, alors, ou le moteur est grillé ou c'est le condensateur.

(Vous remarquerez que le cache de ventilation (photo de tête d'article) a également un trou central pour passer un tournevis qui peut rentrer dans une fente de bout d'axe (visible également sur la photo) et qui permet de dégommer ou vérifier la facilité de rotation, mais je l'avais oublié !)

Ouverture du boîtier, et là surprise, le condensateur est littéralement explosé ! A l'odeur on reconnaît facilement que c'est bien le condensateur et non du fil de bobinage "cramé". (Testé après coup le condensateur est coupé).

Il reste donc une petite chance pour que le moteur n'ait pas trop chauffé et de toutes façons les bobinages ne sont pas à la masse (différentiel -qui fonctionne- non déclenché)…?

Après refroidissement complet, nouvel essai avec un condensateur identique trouvé sur une précédente pompe hors d'usage, et c'est reparti.

Dire pour combien de temps, je n'oserais me prononcer, car un moteur ayant chauffé, n'est pas chose normale, et ne peut que le fragiliser, mais toujours est-il qu'il fonctionne parfaitement maintenant depuis huit jours, sans aucun problème particulier.

Cette pompe était de chez l'enchanteur, mais ce n'est pas réellement après eux que j'en ai…

3 Le condensateumoteur3r

Conclure en disant que c'est une pompe bas de gamme (ce qui est exact) est pourtant prématuré. Je donne l'exemple vécu d'un carré de "néons" de bureaux (4 tubes de 18W certainement du matériel très cher), tout ce qu'il y a de "bien", fourni et posé par un "électrichien" patenté…eh bien là aussi le condensateur a fait le même bazar. Ça a fumé et il a fallu couper l'interrupteur, car ça fuse comme un feu d'artifice et on risque encore de mettre le feu !

Cela est dû majoritairement à ce que des fabricants achètent des COMPOSANTS à des prix battant tout concurrence, mais on en a pour son argent !

Le plus grave dans l'affaire et surtout pour la planète, est qu'une si petite pièce peut rendre inutilisable une grosse machine. L'écart d'énergie et de coût dépensé pour un condensateur bas de gamme ou haut de gamme, relativement à la machine complète est "epsilon".

Je crois que le problème est essentiellement centré sur ces faux profits, et Messieurs les acheteurs des Sociétés feraient bien de regarder à deux fois avant de choisir des composants au rabais qui ont des conséquences lourdes, car il s'agit des ressources de la planète qui sont gaspillées.

Même si les normes UL, CSA,VDE et tous les autres sigles très prestigieux caractérisent l'échantillon remis au laboratoire de validation, la production qui suit est certainement très inférieure en qualité.

Une autre alternative de panne est le choix de condensateurs avec des tensions trop limites (relativement à leur emploi). Je m'explique sur cette dernière parenthèse. Il y a des bobinages et il y a toujours des surtensions dues au caractère selfique d'un moteur et de l'instant relatif de la sinusoïde où l'on coupe le courant (extra courant de rupture). Dans cette idée le dI/dt est élevé et peut faire claquer le condensateur, ou le rendre fragile, ou au contraire diminuer sa valeur par des (micro) amorçages auto cicatrisants.

Une telle opération ne manquera pas de se retourner tôt ou tard contre les fabricants, et ce sera justice, car il est vrai que nous sommes tous excédés de ces matériels qui ne durent pas. Tout achat à ce jour nécessite de garder soigneusement les tickets pour pouvoir se faire rembourser ou justifier de la garantie contractuelle.

La profession de gardien de ticket a beaucoup d'avenir….

4 Recherche de la panne

Vous avez des moteurs monophasés avec démarrage par condensateur ? Alors si ça ne démarre pas et que le moteur grogne, Arrêtez tout de suite ! C'est la première urgence.

Essayez ensuite de tourner manuellement l'arbre. Si l'arbre est bloqué vous devez trouver ce qui le bloque…"la balle" est alors dans le camp de la mécanique….

Si l'arbre tourne librement, il y a deux solutions, et il faut commencer par vérifier en premier lieu si le condensateur est mort (ou pas) :

      Le condensateur. Vous avez alors deux solutions pour vérifier cette hypothèse. Soit vous possédez un condensateur de valeur à peu près identique réputé bon, dans ce cas le résultat sera immédiat. Si ce n'est pas le condensateur c'est le bobinage moteur.

Vous pouvez également faire démarrer le moteur en le lançant manuellement (en faisant très attention bien entendu) et surtout en ne laissant le moteur "grogner" à l'arrêt qu'une ou deux secondes, surtout pas plus. S'il ne part pas c'est le bobinage très certainement.

Je ne parle pas des vérifications à l'ohmmètre, car autant il est facile de vérifier un court-circuit, autant il est difficile de dire si un condensateur est coupé ou non. (Je ne parle même pas du capacimètre que tout un chacun possède "bien naturellement"…!)

De toutes façons, cela n'a pas d'importance, car ce qui compte avant tout est l'essai sous tension, car les condensateurs sont souvent bons en statique mais mauvais en dynamique. Donc il faut essayer !

(Pour les bricoleurs non avertis...surtout pas de condensateurs électrochimiques qui sont polarisés)

      Le bobinage moteur est en court-circuit complet ou partiel. Pas facile de déterminer de façon certaine, mais en général ça se sent "au nez" car habituellement le moteur a chauffé outre mesure, et ça sent le vernis brûlé. Si rien n'est visible, il reste le démontage !

La couleur brune du vernis est très caractéristique. Un bobinage vernis "en bonne santé" est "jaune cuivré".

Si le moteur "tournicote" un peu, il reste aussi l'ampèremètre pour vérifier si le courant en rotation est acceptable. S'il est trop élevé, le moteur doit aussi vibrer plus que de coutume.

Dans le cas de bobinage HS je ne peux pas vous conseiller, car ce n'est plus mon domaine, et à part faire rebobiner par un bobinier ou racheter un autre moteur, je ne vois pas d'autre solution….

Un dernier mot enfin, si les inscriptions sur le condensateur sont encore lisibles, ne manquez pas de reprendre au minimum les mêmes valeurs de tension de service et de tension d'essais et si possible un peu mieux. (s'il n'y a plus rien de lisible il faut 450 V en pointe et 350 V en service continu au minimum)

Si ça ronronne et que c'est chaud, ce n'est pas le moteur mais le chat !...Bonne lecture !

____ ( retour début d'article ) ____

____ ( retour accueil bricolsec) ____
____ ( retour accueil lokistagnepas) ____