Imprimante Epson D78 Buses bouchées. CD78_0omment démonter

1 Démontage du capot
2 La bande codeuse
3 Démontage des câbles plats (nappes)
4 Sortie de la tête
5 Sortie du chariot de nettoyage
6 Sortie de la tête
7 Démontage de la plaque à picots
8 Démontage de la protection de nappe
9 Sortir la platine des buses
10 Nettoyage Buses
11 Remontages

11.1 Les connecteurs en général
11.2 Platine des Buses
11.3 Plaque à picots
11.4 Mise en place de la Tête et du moteur
11.5 Mise en place du chariot de nettoyage
11.6 Bande codeuse
11.7 Remise en place de la nappe générale
11.8 Essais

12 Résultats et conclusions
13 Dernières nouvelles

Si vous arrivez directement sur cette page par un moteur de recherche, vous pouvez avoir accès à la table des matières et à chaque article, en page d'accueil.    L'accès se fait par l'un des deux liens en tête de colonne de droite ----->


Préambule

Cet article est la conséquence de mon imprimante Epson D78 qui refuse toujours plus obstinément d'imprimer la couleur Jaune.
(Ce serait du Magenta ou du cyan, voire du noir que ce serait exactement la même chose). Les buses correspondantes sont donc bouchées. (Pas une panne électronique)

J'ai lu avec intérêt sur les forums spécialisés les recettes de trempage de la tête dans l'eau, mais encore faut-il démonter la tête et pour les non bricoleurs, je dois dire que ce n'est pas si simple que cela, (pas plus la première fois pour les bricoleurs), car avec la fâcheuse habitude des fabricants de faire du low-cost, on ne sait plus vraiment comment s'y prendre, car tout est caché, clipsé etc….
Je confirme que l'encre est bien soluble dans l'eau, ce qui n'était pas évident à priori.

Les mises en gardes des constructeurs contre l'utilisation d'encres "compatibles" sont savamment orchestrées pour que l'on soit fortement incité d'acheter leur marque d'encre à prix prohibitif.

Alors pourquoi de grandes surfaces fournissent les encres à leur propre enseigne et que les constructeurs ne leurs retirent pas l'agrément de vente de leurs imprimantes ?
Il y a là un fait très simple dont la clef du mystère se trouve uniquement dans le business et les ententes commerciales peu honorables.

Je suis désolé mais l'escroquerie aux encres devrait cesser. En effet, même en admettant qu'il y a eu une certaine recherche quand au problème du séchage de l'encre, le prix n'est pas justifié à un tel niveau concernant la micro encapsulation des gouttes d'encre. Ce principe physique issu de la recherche fondamentale devrait normalement être repris par les grandes surfaces, vendeuses d'encre à leur emblème, et elles devraient fournir de l'encre de qualité à prix correct.

Ça me rappelle les machines à café et les capsules spéciales... Chasse gardée !

Alors vous avez le choix d'acheter de la mauvaise encre et de racheter plus souvent une nouvelle imprimante, ou de payer le prix fort les cartouches avec tout de même le risque du séchage à long terme et du bouchage des buses ?
Je regardais les prix il y a peu, et certaines cartouches peuvent dépasser le prix d'une imprimante ! Il y a là matière à réfléchir !

Je crois pourtant qu'il n'y a pas de formule idéale.

En effet dans le domaine technique, le noir domine, et l'impression en couleur est donc souvent condamnée à une utilisation moins fréquente. Pour les particuliers qui font uniquement de la photo c'est différent et même plus simple, car toutes les cartouches s'usent à priori suivant une loi de répartition des couleurs (que je ne connais pas) mais qui favorise le non séchage des encres de couleur dans les buses.

Le démontage fait apparaître des buses extrêmement fines, (Invisibles même à la loupe) et je pense que la qualité d'impression qui est bonne il faut le reconnaître, obère la longévité du produit sans que cela soit annoncé formellement.
Alors Messieurs les fabricants faites nous des imprimantes robustes pour les uns et hyper qualité pour les autres, mais dites le ! Quand à vous Messieurs des grandes surfaces arrêtez de nous prendre pour des idiots en vendant des produits non conformes avec la complicité tacite des fabricants.

En ce sens et pour ceux qui impriment majoritairement du noir, je recommanderais les cartouches constructeurs pour la couleur et les génériques pour le noir. Cela me semble le meilleur compromis financier en coût de fonctionnement et d'investissement.

Si on ne fait que du générique, le risque est de devoir faire comme ce qui suit et d'avoir une chance sur deux de ne pas repartir, car cela reste de la microchirurgie !

Je ne saurais garantir le succès de l'opération, car j'explique seulement ce que j'ai fait et comment je l'ai fait. Je vous dirai à la fin si j'ai réussi à tout remonter et si ça marche de nouveau ! Je vous dirai aussi ce que j'ai compris du fonctionnement lors du démontage.

Alors tournevis, lame de couteau, eau déminéralisée (ou peu calcaire ou filtrée comme pour le fer à repasser) patience et précision.

Vous aurez compris à cet article que je suis réellement en colère contre tous les fabricants et revendeurs qui n'ont que le profit comme leitmotive, et que j'aimerais bien que notre gouvernement qui veut refaire le monde commence par voir le problème de tous les bénéfices éhontés et qu'il fasse quelque chose car le pigeon final c'est toujours vous et moi (dans tous les domaines).
Un peu de moralité serait tout de même mieux et y compris pour la planète. (Allez Evelyne ….)

Les prix des produits d'aujourd'hui ne représentent malheureusement plus la valeur des coûts de production réels (avec un bénéfice "raisonnable"), mais sont uniquement le reflet de la demande et de pools d'acheteurs idiots qui ne savent même pas ce qu'ils achètent. (Voir les produits Made in China !)
Qui plus est, cela va encore plus loin puisque l'on "refuse" toujours la réparation (faute de personnes compétentes que l'on devrait payer trop cher) et que l'on continue de jeter stupidement tout ce qui a un problème ou une panne. On continue aussi toujours plus, de concevoir des produits non démontables et jetables à la première panne.

Alors pour une imprimante qui pourrait encore fonctionner, peut-on l'abandonner ainsi ?
Voilà ma colère, car c'est de la perte pure et dure pour tous. Vous, moi, et même pour le fabricant qui ne fait qu'une opération "fric" ponctuelle et que la suite n'intéresse pas beaucoup, car après ce seront les emplois qui seront menacés. (Le problème est identique pour les "bagnoles" !)

Je dois dire que pour comble de malheur, mon Netbook Toshiba NB100 ayant 1 an et demi seulement vient de rendre l'âme (Impossible de le mettre sous tension et ce n'est pas la batterie) et qu'effectivement l'informatique a encore d'immenses progrès à faire dans tous les domaines, tant hardware que logiciel.

Vous avez donc compris que la coupe est pleine et que ça déborde.
Bon ça va j'arrête là ! Je suis déjà tout rouge !

Pour rire un instant, je vais ajouter maintenant que je suis passé au niveau écarlate, car le succès de cette opération est nul  ! Mais j'apprends toujours beaucoup de choses ainsi, et c'est dans ce cas le seul avantage.

NOTA : Certaines photos ont été prises après remontage et il ne faut pas tirer de conclusions sur l'état des équipements ne faisant pas partie du point exposé.



1 Démontage du capotD78_1

Commencer par retirer les câbles secteur et USB.
Mettez vous dans un endroit qui ne craint pas les taches d'encre ou sur un endroit protégé correctement des taches d'encre.

Enlever d'abord les supports papier d'alimentation et réception.
Enlevez ensuite les deux seules vis visibles, à l'arrière de l'imprimante.
Avec une lame de couteau essayer d'écarter les différents crochets plastiques en vous aidant de la photo ci-contre. Tant que vous n'aurez pas fait le tour complet placez des petites cales pour éviter de recommencer un point qui aura été ouvert.
C'est du travail minutieux et il ne faut pas forcer exagérément, il faut "sentir" la résistance…

Ça y est le tour est fait et il n'y a plus de capot ! Ouf !

2 La bande codeuse

Le démontage du capot n'était qu'une "mise en bouche", ce qui suit est beaucoup plus sérieux !

La bande codeuse est la bande située au dessus de la courroie crantée. Elle est tendue par un ressort situé à gauche et également guidée à gauche par un "T crevé" dans la tôle.
Elle est visible, de couleur grise sur la photo ci-dessous (flèche verte) entre la nappe blanche et la courroie crantée.

Vous aurez pris soin de repérer au marqueur le côtD78_2é utilisateur de la bande sur son point d'attache DROIT (À la réelle extrémité et SURTOUT PAS sur la zone grisée) 

Attention à cette bande car elle est fragile, ne pas la rayer ni la frotter sur le métal.
Cette bande codeuse qui semble grise est une règle photographique de grande précision ayant de très nombreux traits verticaux très fins. De celle-ci va dépendre la précision de position des caractères. Faites-y très attention !

Poussez la tête délicatement en appuyant préalablement sur le petit téton en nylon blanc repéré par la flèche rouge en photo 2 ci contre et faites la glisser jusqu'au premier tiers droit. (Dégager pour voir au moins le début de la partie droite de la règle blanche)

Avec un petit tournevis faites échapper du châssis en le tenant dans la pointe du tournevis, le ressort de tension situé à gauche. (Laissez pendre ainsi avec le ressort qui ne devrait pas se sauver)
Depuis la partie droite, détachez la partie droite de la bande simplement (déjà partiellement libérée à gauche) et poussez un peu la bande (vers le ressort).
Ayant suffisamment de mou à gauche, vous allez pouvoir redresser la bande codeuse sur son point d'attache gauche et la libérer ainsi de son guide métallique.

Saisir la bande à gauche, vous pouvez maintenant la tirer doucement et complètement vers la gauche. Attention de ne pas rayer ni plier cette bande.

3 Démontage des câbles plats (nappesD78_3)
 
Décollez le "Scotch" qui tient les câbles plats contre la tôle.
Tirer bien droit les deux nappes de fils qui vont sur des mini connecteurs de l'interface.
Sortez les câbles plats du plastique de rangement du pliage.
Passez l'ensemble de la nappe au travers de la tôle et laisser pendre ainsi. (Flèche rouge photo 3)
Ne jamais forcer car ces câbles sont fragiles.

Il me vient une idée pour contrôler ultérieurement que tout sera bien remis...Prenez un feutre indélébile et tracez (suivant le côté, un trait sur la partie bleue ou sur la nappe elle même) ainsi pour aurez la double information lors de la remise en place, de la bonne pénétration et qu'il n'y a pas de mise en travers.

4 Sortie de la tête

Il faut démonter la petite équerre à droite en prenant garde à la longueur des vis qui ne sont pas identiques. Continuer cette fois en démontant la troisième vis qui va libérer le moteur de la tête. Laissez le pendre à l'arrière et laisser tomber la courroie crantée. (Photo 3 flèche verte ou photo 11 flèche rouge)

5 Sortie du chariot de nettoyageD78_4

Ce chariot situé à droite est très sale car il est chargé de recevoir les "giclées" de nettoyage. Il y a un tuyau gris clair (Flèche verte photo 4) qui va conduire l'encre de vidange dans un réservoir. Vous devrez le faire glisser de sa buse vers le haut.

Démonter la vis située à droite (moi je l'avais déjà cassée une première fois, et j'avais du refaire une petite adaptation flèche rouge de droite photo 4).
Ceci étant pour libérer ce chariot jouez (délicatement) sur la patte "sapin" située à l'autre extrémité (Photo 4 flèche rouge de gauche). Une fois la patte échappée, le chariot devrait être libre.
Sortez le ainsi et posez le sur un papier épais (Avant de le laver). Il n'y a aucun repérage à réaliser, c'est simple !.

6 Sortie de la tête

Vous allez libérer la courroie crantée de la roue en nylon tendeur située tout à gauche. Normalement la tête devrait pouvoir glisser avec la courroie et les câbles en nappes par la droite de la machine.D78_5

Vous pouvez maintenant mettre un repère sur la courroie sur son enclavement, (Photo 5 Flèche verte) mais c'est inutile logiquement mais utile pour la plasticité de la zone et de tout remettre comme c'était.
Enlevez la simplement en la faisant glisser de son enclavement (Vous aurez remarqué qu'il y a des crans, des deux côtés justement sur l'enclavement). Au remontage placer les crans comme sur la photo, ou simplement en respectant la forme prise par la courroie.
(Retirer la courroie crantée n'est pas obligatoire mais évite seulement de s'accrocher dedans et de faire un malheur, car tous ces "trucs qui pendent partout ne sont pas très pratiques).

7 Démontage de la plaque à picots

Cette plaque qui contient un petit circuit imprimé est en réalité de la logique, très certainement celle du contrôle des cartouches.

(Malheureusement ce démontage est impératif pour accéder à la tête seule)

Il serait même possible de ne démonter que le capot, de libérer la tête D78_6de son blocage et de commencer ici…mais c'est un peu plus délicat dans les opérations…Reprenons le cycle long c'est plus explicite.

Sur le côté gauche de la tête, se trouve une nappe qui rentre dans la tête sur un petit connecteur. Tirez sur cette nappe. (Photo 6 flèche rouge).
Presser ensuite les linguets (Photo 6 flèche bleue pour celui de gauche) situés de chaque côté et tirer en même temps sur cette plaque qui porte les contacts de cartouches.

Vous avez maintenant accès à deux vis qui fixent la partie buses de la tête sur son chariot et qui étaient placées sous la plaque à picots.
Démontez les, ainsi que la 3ème qui était déjà visible et accessible.

8 Démontage de la protection de nappe

Vue généralD78_7e de l'intérieur de la tête, Photo 7, Démonter la vis qui est située sur la charnière du capot de tête (flèche verte photo 7), cela donnera un peu de liberté à la pièce.
La protection de nappe est une petite pièce (partie encadrée en rouge) qu'il faudra écarter du flasque avec un couteau et faire tourner pour échapper à ses deux points de blocage. (Je n'ai pas trouvé d'autre méthode et je n'ai pas trouvé la solution pour enlever le capot des cartouches).

9 Sortir la platine des buseD78_9s

La platine des buses a été libérée de ses 3 vis de fixation, sortez la par l'intérieur de la tête en tirant maintenant la nappe doublement pliée, du  connecteur de la platine des buses et sortez la platine qui est maintenant libérée. La platine sort par le dessus de la tête, mais il est aussi possible de la sortir en biais par le fond.
Attention à la nappe !

10 Nettoyage BuseD78_8s

Je pensais à tort que l'encre était seulement soluble dans l'alcool, mais elle est aussi très bien soluble dans l'eau.
Alors il faut faire tremper les buses dans un récipient très propre. J'y ai ajouté un peu d'alcool à brûler. Il est aussi possible de prendre de l'eau un peu chaude (pas brûlante) pour activer le processus de dissolution de l'encre. Il faut aussi remuer et changer l'eau de temps à autre jusqu'à ce que l'eau n'ait plus du tout de couleur ou que l'on ne voie plus aucun "nuage" de couleur.
Vous pouvez aussi laisser tremper une nuit ou plus.

Cette partie de la platine des buses comporte donc également un connecteur, mais je n'ai pas démonté davantage car il y a de minces filets de mastic (flèche rouge photo 10), et je me doute que la suite est réellement microsD78_10copique et inaccessible à l'amateur.

Une fois propre, il est important à mon avis de bien sécher au compresseur cet ensemble, et au besoin ou en l'absence de cet outil, d'utiliser un sèche cheveux avec une température très modérée. Bien sécher surtout le connecteur (flèche verte photo 10), car je suppose qu'il doit y avoir encore quelques composants de type piézo électriques pour activer les buses.

11 Remontages

D'une façon générale ce sera la même chose en sens inverse, mais il faudra commencer par nettoyer le "chariot nettoyeur" à grande eau et au pinceau pour aller dans les coins et recoins. (Photo 4)

11.1 Les connecteurs en général

Ils sont très petits, toujours femelle et les nappes (câbles plats) rentrent directement dedans. Les nappes sont terminées par un plastique bleu rigide qui servira à appliquer l'effort pour entrer, l'ensemble dans le connecteur. Il est important de bien positionner initialement la nappe pour qu'elle puisse entrer sans dégâts dans le connecteur. La pénétration est de quelques mm seulement.

L'idée développée au §3 me semble tout à fait à propos pour ce type de connexions et pourrait être généralisée (y compris par les fabricants ! Peux-t-on compter sur eux ?)

11.2 Platine des Buses

Engager la nappe doublement pliée dans le connecteur dans la platine des buses (Il n'y a pas beaucoup de place pour faire cette opération si on ne veut pas tout "débringuer" les nappes) Allez bien à fond et contrôlez que vous avez effectivement bien introduit la nappe.
Appliquer les buses dans le fond de tête (il y a des pions de centrage juste à côté des 2 vis sous la plaque à picots) et refixer les buses sur le fond de tête avec les trois vis en les serrant modérément. (Vis les plus petites)
(Vous avez le choix de connecter la nappe par le dessous et d'introduire en biais l'ensemble ou par l'intérieur mais il faut des petits doigts et être patient.
J'insiste sur cette connectique car elle est essentielle pour que l'imprimante ne tombe pas en malfonction. (J'avais mal engagé la nappe et j'ai dû recommencer).

Replacez ensuite le petit cache de la nappe au fond de la tête. Placez en premier lieu la pointe et tournez en diagonale en essayant de rentrer l'autre partie (sous l'axe de capot) Reprendre toujours une lame pour faire sortir le verrouillage dans le flasque gauche de tête.
Remettez la vis sur l'axe du couvercle de tête pour ne pas oublier

11.3 Plaque à picots

L'engager le plus simplement du monde dans ses glissières jusqu'aux "clics" de verrouillage.
Engagez ensuite le connecteur depuis le flasque gauche une fois que la plaque est bien clipsée.
Ce n'est pas très facile, mais il faut prendre un peu de mou dans la nappe pour pousser.

11.4 Mise en place de la Tête et du moD78_11teur

C'est donc l'opération inverse…Refixer la courroie crantée si elle avait été enlevée, (crans en regard les uns les autres pour pouvoir engrener sur le moteur)
Vérifier aussi que la petite nappe du connecteur de la bande codeuse est bien enfichée dans le bloc cellule de la bande de codage (Photo 6 flèche verte voir §7).
Engager ensuite délicatement la tête sur le rail inférieur en premier, puis sur le guide supérieur en veillant à ce que la courroie reste accessible sur les 2 côtés de la tête.
Placez tout de suite la courroie sur la poulie tendeur située à gauche. Garder aussi l'accès de la partie droite de la courroie pour la placer ultérieurement sur l'axe moteur.

Remonter l'équerre métallique de droite (photo 11 flèche rouge) avec la vis la plus longue dans la partie supérieure. Placez maintenant le moteur et fixez le avec les deux petites vis.
Mettre ensuite la courroie sur l'axe moteur. (Attention que la courroie n'aille pas se prendre dans le guide gauche de la bande codeuse, car il serait difficile de placer la courroie sur l'axe moteur et cela la déteriorerait)

11.5 Mise en place du chariot de nettoyage

Placer le chariot de nettoyage contre la butée gauche et appuyer avec la pointe d'un tournevis pour le clipser. Revissez ensuite la partie droite. (Pour moi c'était déjà cassé d'une première ouverture)
Rebranchez le petit tuyau gris clair qui récupère l'encre. (Ne pas l'oublier, car l'encre pourrait se répandre…)

11.6 Bande codeuse

Enfilez par la gauche de la tête d'impression la bande codeuse (ressort à gauche) au travers de l'ensemble des cellules à l'arrière de la tête, un peu au dessus de la courroie. (Revoir au besoin la photo 5 flèche rouge)
(Je pense que les barres verticales de codage sont enfermées en sandwich entre deux plastiques pour ne pas être détériorées et qu'il n'y aurait donc pas de réel côté…mais si vous avez repéré c'est mieux !)

Placez en premier le côté gauche de la bande de codage sur son guide, comme pour le démontage (vertical puis tournez à 90° sans laisser échapper la partie droite que l'on vient d'enfiler à l'arrière de la tête).
Mettre le ressort en tension et l'accrocher. Fixez maintenant la partie droite sur son point d'ancrage. (photo 11 ci-dessus)

11.7 Remise en place de la nappe générale

Bien repasser dans les chicanes plastiques de la tête ou vérifier le bon pliage de la nappe sur la tête. Passer ensuite la nappe complète à travers la tôle et engager les connecteurs en commençant par celui le plus près de la tôle.
Placer (avant ou après enfichage) la nappe dans le petit boîtier plastique de rangement (noir) en faisant très attention de ne pas faire de plis anormaux.
Replacer le Scotch qui plaquera la nappe contre la tôle ou en mettre un nouveau s'il colle mal.

11.8 Essais

J'ai oublié le capot…Pas du tout !

On fera d'abord les essais préliminaires hors tension, et pour commencer de vérifier que le chariot coulisse librement et que les nappes se déforment correctement sans se replier. On manoeuvre la tête en n'oubliant pas le téton nylon situé à droite si toutes fois la tête restait bloquée. On replacera les cartouches (sans se tromper de couleur).

Je propose maintenant les premiers essais sous tension et en connexion pour vérifier que tout fonctionne.

Un cycle de nettoyage devrait je pense se lancer automatiquement si la tête n'a pas été remise dans sa position gauche.
Le déplacement lent du départ serait je pense  justement prévu pour cela et éviterait de tout casser en tapant les butées. (Je n'ai pas vu de contact de fins de course)

Le nettoyage réalisé a normalement du laisser quelque peu d'eau dans les conduites et les tous premiers passages peuvent être un peu ratés.

Une fois cela réalisé et avec succès, vous pourrez remonter le capot et les supports papier, en clipsant et fixant à l'aide des deux dernières vis !

C'est prêt !

12 Résultats et conclusions

J'ai démonté et remonté plusieurs fois, car à la première opération c'était insuffisant puisque le jaune s'il a marché un instant s'est de nouveau arrêté une page plus loin, alors j'ai redémonté ...

J'ai donc laissé tremper cette fois une nuit complète dans un seau pour que la hauteur d'eau agisse en termes de pression sur l'air éventuellement emprisonné…
Peine perdue, car cette fois l'imprimante était en malfonction (Très certainement de ma faute).
Alors j'ai seulement redémonté les buses sans sortir le chariot de ses guides. J'ai re-nettoyé encore et remis le plus correctement possible les connecteurs.

Peine perdue, car ça remarche à nouveau pour la partie malfonction, mais toujours pas de jaune.
Alors j'avais tout de même regardé préalablement à la loupe la tête côté des buses, et j'avais trouvé un certain manque de planéité et quelques petites zones circulaires périphériques sans le revêtement brun clair. (Vous pouvez vous reporter à la photo 8, car on aperçoit un peu ces anomalies)
Je pense donc qu'il y a peut-être une certaine usure et que je vais être obligé de me résoudre à racheter une nouvelle machine et procéder ainsi que dit avec les cartouches "fabricant et bon marché".

Alors que VOUS conseiller…? Si vous n'avez rien à perdre allez y, démontez, vous ne risquez que de vous salir les mains.
Si par contre le mauvais fonctionnement est supportable (Impression noire correcte par exemple), alors renoncez, car l'opération représente tout de même des risques importants de ne plus fonctionner du tout, car tout est réellement très minuscule.

Remerciez "Monsieur Epson D78" pour sa trop grande qualité tout autant que les grandes surfaces qui sont techniquement inaptes mais commercialement au top.

Je vais encore enfoncer un clou de plus, car pourquoi nettoyer les têtes qui n'en ont pas besoin ?
A priori si on constate qu'il n'y a plus de jaune, alors on demande de nettoyer le jaune et non pas toutes les couleurs !
Cela s'apprend en "maternelle supérieure" (Mat(h) Sup)
Encore une façon détournée pour faire consommD78_12er ce qui est parfaitement inutile, long et pénible.

Mis à part la couleur, je regrette ma vieille SEIKOSHA sur mon TRS80 qui faisait un bruit infernal mais qui imprimait toujours sans aucun problème.
Au fait c'est quoi le progrès ?...Peut-être de pouvoir écrire cet article pour le plaisir des autres !
Et surtout pour ceux qui ont assez de la main mise commerciale sur tout.

Finalement le N&B n'est pas mal non plus !

Si toutes fois vous trouviez des erreurs de type gauche / droit (ou autres), je me suis déjà corrigé, mais on ne sait jamais, c'est si vite fait...dites le pour les autres, je corrigerai et même avec votre pseudo ou votre nom.

13 Dernières nouvelles

La surprise est de taille, ainsi que je l'avais dit, la couleur Jaune avait marché quelques instants puis retour à la case départ...
Eh bien, j'ai donc continué à utiliser l'imprimante, puis plusieurs jours plus tard, j'ai imprimé avec quelques couleurs sachant pertinemment que les couleurs seraient sans le jaune...

Je n'ai pas prêté attention, mais le vert était à nouveau présent ! Alors VERT=JAUNE+BLEU !
Je viens donc de faire une impression complète et le miracle s'est produit . Tout re-marche !

Faut-il conclure que le débouchage des têtes peut être relativement long ?
Ça ne serait pas impossible ! car vu la taille des buses, des phénomènes de tension de surface doivent se produire et peut-être ralentir la pénétration de l'eau pour humidifier et nettoyer ?

Je voulais donc vous dire que finalement d'un demi-échec, cela s'est transformé en post-réussite.

Faut-il généraliser ? A vous de voir !  Toujours est-il que c'est reparti et pour ceux que ça tente, ça ne sera peut-être pas inutile si vous n'avez rien à perdre.

Marcel, si t'as sommeil, ne t' frotte pas les yeux après avoir démonté ton imprimante on croirait qu' tu m'as volé mon fard à paupières....

____ ( retour début d'article ) ____

____ ( retour accueil bricolsec) ____
____ ( retour accueil lokistagnepas) ____