Ouvre Portail CONFORMATIQUE Première panne
CONFOR1
1 Le déverrouillage
2 Manifestation et principes
3 Recherche de l'élément en panne
3.1 Schéma (Par Alex)
4 Recherche relais
5 Question Solidité Fixations
6 Conclusions

Si vous arrivez directement sur cette page par un moteur de recherche, vous pouvez avoir accès à la table des matières et à chaque article, en page d'accueil.    L'accès se fait par l'un des deux liens en tête de colonne de droite ----->

 

 


 

Préambule

Cet article concerne un automatisme de portail à vérin basse tension 12 Volts de marque CONFORMATIQUE modèle A818 avec circuit imprimé CTR41.
Cet automatisme est tombé en panne subrepticement sans aucun signe annonciateur. Il avait été acheté en Janvier 2007 !
L'autre article CONFORMATIQUE pour la lampe de signalisation connaissant une bonne fréquentation, je pense que ce complément très pratique pourra aider ceux qui seront "en rade".

1 Le déverrouillage

C'est toujours quand on est pressé que ça tombe en panne. On part vite fait, on click la télécommande au départ, pensant que ça va bien se fermer tout seul, mais ce n'est pas toujours le cas….
Quand on rentre on trouve un battant ouvert et l'autre fermé par exemple ! Voilà la manifestation.

On ré appuie et là les deux battants se ferment ou s'ouvrent et plus moyen de les faire changer de position.

Le problème et de pouvoir rentrer ou sortir. Il y une petite clef triangulaire en plastique qui permet le déblocage des vérins. C'est très bien, mais je suis sûr que si vous insistez, vous allez casser cette clef.
En effet pour l'utiliser, il faut impérativement détendre la pression exercée par les vérins.
Pour cela, pas de miracle, il faut pouvoir franchir les butées (ouverture ou fermeture) pour enlever la pression.
Là aussi le principe est très bien, mais la réalisation pêche par son manque de réalisme, et l'absence de tout essai réel.

(Dans le cas où vous n'avez pas de possibilités de détendre les vérins, vous pouvez installer à demeure, des tampons caoutchouc, style butées amortisseurs de voiture, qui  peuvent parfaitement remplir la mission et permettre de forcer un peu pour manoeuvrer le déverrouillage sans casser la clef).

Si vous ne pouvez plus manœuvrer les battants, le plus simple est de faire sauter un des circlips, de pousser l'axe de tête ou de chariot et d'utiliser la clef triangle seulement après.
(Je crois d'ailleurs que je vais réaliser un modèle métal pour ne pas être "planté" le jour de la prochaine panne).

2 Manifestation et principes

Le portail dans mon cas, va toujours se positionner en OUVERTURE pour les deux battants. On peut imaginer sans peine, l'autre version où le portail va toujours vers une fermeture.

Dès qu'on lance une commande il y a un petit "clac" au niveau des moteurs et puis plus rien. J'ai donc mesuré les tensions et j'ai vu que lors d'une commande, le 12 volts redressé (21 volts en réalité) s'écroulait pour tomber à 2 ou 3 volts.
J'ai essayé les moteurs indépendamment avec une vieille batterie et là j'ai vu que ça fonctionnait correctement. On éliminera donc les moteurs. (J'en ai tout de même démonté un, plus par curiosité, mais il faut éviter de le faire à cause des charbons qu'il faut écarter et des aimants qui sont libres et seulement écartés du rotor par du plastique).

Ma première idée a été de penser que "l'alimentation était à genou" à causCONFOR3e d'une des diodes du redresseur ou du chimique. Vérification faite tout était bon !
On notera au passage, la bonne qualité du circuit imprimé mais sa très mauvaise conception (trous métallisés trop justes et trop de pistes sous les relais), car aucun démontage n'est réellement possible sans arracher de pastilles où d'arracher un canon de traversée (cas du chimique par exemple voir photo de la réparation, j'ai dû percer et repasser un fil vers l'autre face, photo ci-contre).

Cet état des choses m'a incité à limiter au maximum tout dessoudage de composants. Il va donc falloir vérifier les composants en place.

Une mauvaise soudure sur les parties "puissance" pourrait éventuellement aussi être à l'origine, mais ce n'était pas cela non plus. (J'ai refait les soudures de tous les relais et des deux résistances -sans succès-)

Logiquement on devrait penser à un ordinateur fou, puisqu'il se trompe de sens…Ce n'est pas ma vision, car je sais par expérience que les pannes ne sont que très rarement sur ces composants et guère plus sur l'électronique en tant que telle, mais surtout sur L'ÉLECTROMÉCANIQUE et les capteurs.

Dans la suite de ma démarche de recherche, je me suis alors dit que deux moteurs en court-circuit ne pouvaient que faire baisser la tension à une valeur "indécente". C'est précisément le cas, puisque les deux moteurs sont commandés un court instant. Pour confirmer, j'ai replacé les portails à mi-course avec le déverrouillage et j'ai vu que tout fonctionnait au moins une fois.

Qu'est ce qui peut forcer cela ?

Les moteurs sont des moteurs à courant continu et l'inversion de la tension permet d'inverser le sens de rotation…Supposons donc que l'inversion des tensions ne se réalise pas…Les moteurs iront toujours du même côté, ne pouvant plus décoller de la butée et c'est ce cas précisément ! Tout se passe comme si les moteurs étaient toujours bloqués !

L'inversion est obligatoirement réalisée par les petits relais blancs puisqu'il n'y a aucun transistor de forte puissance. Cette NON inversion peut résulter d'un relais non commandé ou d'un court-circuit de contacts dans les relais (contacts soudés par l'arc)

3 Recherche de l'élément en panne

(Je rappelle avant toutes choses que l'arrêt des moteurs est commandé par contrôle d'un courant excessif. Tension élevée aux bornes sur des résistances verticales)

Pour la recherche de la panne, il est nécessaire de tout déconnecter et de travailler sur table. (Prendre les repérages nécessaires pour éviter d'ajouter d'autres problèmes lors du remontage)

Un relais est toujours un élément fragile surtout s'il est issu d'un pays à bas coût de main d'œuvre.

J'ai commencé par mesurer la résistance de chaque bobine de relais et j'ai eu de la chance d'en trouver une coupée ! Mais pas n'importe laquelle, celle du relais situé à l'extrémité CONFOR2droite, et c'est une chance pour la place disponible. (Voir flèche sur la photo de tête d'article)

Chaque bobine fait environ 240 Ohms.
Voici le schéma de ces petits relais, (VUE DE DESSUS) et il faut dire qu'ils sont tellement petits qu'ils sont rares chez tous les marchands de composants. Naturellement mon stock de composants n'était pas aussi bien achalandé. Alors il a fallu adapter…C'est la "bidouille" !

Je n'ai pas eu à rechercher les pistes imprimées et je dois dire que ce n'est pas facile à suivre, car on ne voit rien par transparence. Toute recherche doit être faite à l'ohmmètre.

Si vous n'avez pas autant de chance de trouver une bobine de commande coupée et que vous avez les mêmes manifestations, vous devrez suivre au mieux et vérifier que des contacts ne sont pas soudés entre eux ou coupés.

Le schéma des relais vous aidera dans cette démarche.

Une fois localisé il faut bien chauffer chaque patte et travailler à la pompe à dessouder. Si vous décollez des pastilles, vous devrez refaire les liaisons côté soudures et au besoin percer un petit trou pour passer un fil (j'ai été obligé de le faire pour le démontage du chimique !) On arrache aussi en forçant quelques morceaux de trou métallisé, mais sur ce relais, il ne devait pas y avoir de "runs" côté composants si je me souviens bien ?.

Si il s'agit d'un problème de contacts soudés, vous devriez pouvoir trouver le contact en cause. Il faut tout de même remarquer que vous pourriez être obligé d'exciter chaque relais indépendamment (attention aux polarités à respecter !).
Vu le démontage du relais que j'ai réalisé, celui-ci n'est pas équipé de diode anti-surtension, et après vérification, les diodes sont intégrées dans le circuit ULN2004 qui devrait normalement commander ces relais.

3.1 Schéma (par Alex)

                                 Je crois quctr41'il faut souligner le travail de personnes motivées, et ce travail est dû à "Alex" qui ne s'est pas contenté de faire un gribouilli mais un travail soigné.
Alex  m'a de plus donné le feu vert pour publier son SCHEMA. Le voici ci dessus.

Vous pouvez également le télécharger sur le site freedl.fr.

Vous pouvez aussi télécharger ctr41.RAR en compressé .RAR car il est trop volumineux.

Merci à Alex pour tous.

4 Recherche relaisCONFOR4

Je ne reconnais pas le sigle du fabricant de ces relais de type NT78-C-S-0.6-SN.
Le remplacement est à la fois un problème de place disponible, mais aussi de puissance commutée importante. (15x12xep14 en mm). J'ai pu, grâce à l'emplacement mettre un relais un peu plus gros (mais de même type) et ça a été. (Flèche rouge sur photo de tête d'article)

Si vous n'avez pas ce type de relais, je vous invite à écarter systématiquement tout relais n'ayant pas le brochage disposé de cette manière. Pourquoi ?
Simplement parce que cette disposition semble caractéristique des relais de puissance adaptés aux circuits imprimés.
Tous ces types de relais sont à simple contact inverseur, mais ont de gros contacts qui sont capables de drainer des courants importants de 14 Ampères en courant continu. (20 en occasionnel)

J'ai seulement trouvé sur "Radiospares" des relais de marque NAIS type JJM qui devraient normalement convenir. (Désolé pour la Pub mais je suis obligé car je ne parle pas le chinois)
Je vous laisse le soin de vérifier. Pour ma part, je serai obligé d'en acheter seulement à la prochaine panne…

5 Question Solidité Fixations

Ce paragraphe est ajouté suite à une récente modification. En effet après avoir changé plusieurs fois les types de chevilles de fixation de support, je n'avais plus de réelle solution sans modifier.
Il aurait été tout aussi intelligent (comme très souvent) que le fabricant ait installé au moins une fois un portail de sa fabrication pour se rendre compte que ça tient mal même avec des chevilles à expansion tant les efforts sont conséquents (ce sont tout de même des vérins !). Il y a nécessité d'une équerre sur l'épaisseur du mur !

(On remarquera que la concurrence propose des pattes dont les épaisseurs ne sont pas aussi fines et qu'il y a certainement à ce niveau méditation à réaliser ...)

Le problème est que cette fixation d'origine finit par se soulever à cause de la pression exercée sur les butées. (Cette pression est contrôlée par la tension aux bornes des résistances en tire bouchon sur le CI.
Je me suis aussi également posé la question de voir s'CONFOR5il ne serait pas utile de régler ces résistances pour ne pas trop forcer si ce n'est pas nécessaire ? Augmenter les résistances pour réduire le seuil de déclanchement n'est pas trop simple, il serait préférable de rechercher le seuil de référence et de modifier ce seuil...
Mais encore chercher...
Alors j'ai abandonné, mais si quelqu'un l'a réalisé, il peut toujours donner le tuyau, je publierai avec son pseudo !)

Las donc de resserer sans arrêt les 2 tire-fond, j'ai utilisé un fer plat en équerre tel que la photo l'indique. Il est perçé largement pour laisser passer les 2 fixations existantes.
Si vous avez mis des chevilles très longues sur la face, vous devrez percer en biais pour ne pas les détruire. Il est aussi possible de réaliser une pièce complète, mais c'est plus délicat et un travail plus difficile. Alors j'ai fait au plus simple, et cette fois plus aucun problème.
Pensez aussi au gel l'hiver et aux éclatements possibles, mettre du mastic pour éviter les infiltrations.
Le type de cheville importe assez peu puisque celle-ci travaille uniquement au cisaillement, et je dirais qu'une cheville plastique simple est très bien pour cette fixation. Les autres chevilles restent inchangées. Un tire-fond de 8 convient très bien.
(Pour le fer plat, j'ai utilisé un fer plat cadmié traité d'un vieux mécanisme de projection de volet. C'est parfait !)

Vous pouvez voir que j'avais dès l'origine placé un tuyau PVC de 100 pour éviter les projections de pluie et graviers sur la vis sans fin. Il tient simplement par un petit fil de fer vert qui passe juste derrière le moteur. Le tuyau est fendu sur presque toute la longueur pour le passage de la fixation du portail. Il est vu ici en position décalée vers la droite, mais couvre jusqu'à la clé triangulaire.

Dernier conseil enfin, donnez un coup de peinture sur les boîtes étanches des racordements électriques, car celles-ci se détruisent rapidement aux UV solaires. (La couleur importe peu du fait qu'il n'y a pas d'électronique à l'intérieur).

6 Conclusions

Une panne pas trop difficile à trouver, mais sans schémas c'est toujours un peu l'aventure. Cet article est le résumé d'une panne, mais il y en a certainement beaucoup d'autres...(Le principe reste cependant commun à plusieurs pannes).

Dans mon cas j'avais placé l'électronique au sous-sol et je me félicite de l'avoir fait, car je peux au moins travailler à l'abri des intempéries, faire les mesures sans trop de problèmes et regarder ce qui se passe.
Je recommande ce type d'installation, même si elle est un peu plus coûteuse à cause des fils de forte section à amener aux moteurs. (4mm²)

Si vous avez d'autres pannes n'hésitez pas à enrichir cet article par vos commentaires. Ce sera utile à ceux qui n'ont pas trop l'habitude de ce genre de pépins, et cela va dans le bon sens pour la pérennisation des ressources de matières premières de la planète.

Pour les puristes de l'écologie, je ne discute pas la partie veille sous tension nécessaire à cet automatisme…Voyez de préférence les économies d'eau chaude à réaliser…
Et bing ! (Sans rancune ?)

____ ( retour début d'article ) ____

____ ( retour accueil bricolsec) ____
____ ( retour accueil lokistagnepas) ____